BMW X5 : au coeur est la métamorphose

BMW X5 : au coeur est la métamorphose

Avec plus de 580.000 exemplaires vendus dans le monde depuis son lancement au début de l’année 1999, le X5 a gratifié BMW d’un joli succès commercial. Cela avec en prime une rentabilité financière plus qu’assurée, puisqu’il opère dans l’un des segments les plus rentables du marché, celui des 4×4 de luxe. Mais après une longue carrière et face à l’arrivée de nouveaux concurrents comme le ML de Mercedes et plus récemment l’Audi Q7, le renouvellement du X5 était très attendu. Aussi, le constructeur à l’hélice à pris le temps dans la conception de son nouveau tout-terrain.
Objectif du nouveau X5 : faire mieux que son prédécesseur et reconquérir le statut de référence du segment. Pour cela, cette nouvelle mouture pourra compter sur son look, à la fois inédit et en continuité avec le modèle remplacé. La première série de photos diffusées par BMW laisse croire que l’équipe des designers de BMW, toujours conduite par Chris Bangle, a préféré jouer la carte de la prudence. Résultat : le nouveau X5 change de robe… pour en mettre une autre qui lui ressemble beaucoup. Et les principaux changements sont plus perceptibles au niveau du regard.
Ainsi, les blocs de projecteurs évoluent sensiblement, tandis que les deux naseaux sont toujours de mise, mais un tantinet plus larges que par le passé. Toujours concernant la face avant, le bouclier a été totalement redessiné et intègre désormais un pseudo pare-buffle en plastique noir. Plus trapue, la partie arrière change encore moins, affichant des feux tout juste remaniés et un hayon dont la lunette a été inclinée. Pour sa part, le profil a été traité de façon tout aussi musclée comme en attestent les passages de roues encore plus gonflés.
On retiendra aussi l’empreinte ou la touche de M. Bangle manifestée à travers quelques effets de style, comme les nervures latérales et celles du capot, ou encore ce léger “décrochage“ de la ceinture de caisse situé au coin de la troisième vitre de custode. Mais si certains qualifieront la refonte esthétique du X5 d’«évolution sans révolution», ils ne pourront pas en dire autant sur les autres registres. A commencer par celui de l’aménagement intérieur. Car à bord, les changements sont légion. Le style de la planche de bord s’inscrit dans la lignée des dernières productions de la marque. Idem pour la présentation globale toujours raffinée comme à l’accoutumée.
Et qui dit raffinement, dit aussi sophistication. Et en la matière, le nouveau X5 n’a rien à envier à ses rivaux. Ses futurs clients découvriront notamment une nouvelle configuration plus évoluée de l’iDrive (système centralisant la commande de centaines de fonctions) qui bénéficie à présent de huit touches de raccourcis programmables pour accéder plus rapidement (et plus simplement) aux menus. Grande première dans le segment des véhicules tout-terrain, la fameuse direction active, «Active Steering», qui est apparue sur la Série 5 et qui limite à 2 tours de volant le braquage complet des roues lors des créneaux difficiles.
Un plus pour le conducteur qui pourra aussi profiter d’une caméra de recul, ainsi que de l’affichage tête haute, un autre gadget high-tech lui aussi apparue sur la «5». Les passagers arrière, eux, ne sont pas en reste : écrans de DVD, système audio multicanaux et climatisation individuelle sont autant d’équipements de confort qui égaieront leurs trajets. Et parce que les 4×4 de luxe à sept places sont très en vogue actuellement, BMW a choisi de suivre cette tendance. Et ce sont désormais sept personnes qu’il pourra accueillir, grâce à la présence d’une troisième rangée de sièges amovibles.
On signalera au passage que cette nouvelle configuration des proportions a été rendue possible grâce à l’augmentation des dimensions. En effet, avec ses 4,86 mètres en longueur, le X5 de 2007 dépasse celui qu’il remplacera de 19 cm ! Du coup, le volume du coffre progresse, lui, de 155 litres, cubant désormais 620 litres et même 710 litres en configuration cinq places.
Une capacité de break déménageur… Mais s’il est plus massif que le nouveau ML et même plus grand (de 8 cm) que le Porsche Cayenne, le grand 4×4 bavarois rend quelques centimètres à l’Audi Q7, qui s’étend à 5,09 m. Normal. Car, chez BMW on joue plus la carte du dynamisme et de l’agilité que celle du gigantisme. D’où le fait de privilégier une carrosserie allégée et extrêmement rigide en torsion. Faut-il rappeler qu’à sa sortie, le précédent X5 avait étonné par des qualités routières jusqu’ici rares dans le segment des 4×4. Puis surtout, en bonne BMW, le nouveau X5 ne compte pas faire dans la demi-mesure mécaniquement.
A son lancement, il sera proposé en trois moteurs, dont un Diesel. Il s’agit du 3.0 litres common rail de 231 chevaux (520 Nm), secondé par son homologue (de même cylindrée) à essence, le 6 cylindres de 272 ch (315 Nm). Au sommet de la gamme trônera un noble V8 essence, le 4.8 l de 355 ch au couple généreux de 475 Nm.
Des motorisations qui seront exclusivement associées à une nouvelle boîte automatique à six rapports avec sélecteur de vitesse électronique. Mais surtout, ces blocs remarquablement travaillés par les motoristes munichois, pour garantir une consommation assez réduite. De quoi s’amuser à bourlinguer et barouder sans devoir suivre les cours du baril au quotidien…Pour ce type d’activité, le X5 pourra compter sur la transmission intégrale «xDrive» plus évoluée que par le passé. Sur le bitume, on ne doutera point que le dynamisme de conduite sera bien au rendez-vous avec à la clé un comportement routier exclusif. Tout cela, grâce entre autres à un système électronique d’amortissement piloté, l’«AdaptiveDrive» (avec fonction antiroulis et amortisseurs adaptatifs), mais aussi du fait d’un centre de gravité bas.
A noter au passage que le X5 sera le premier véhicule du segment à bénéficier de pneus anti-déjantage de série.
Tout cela pour dire que rien n’a été laissé au hasard dans le développement du nouveau X5. Un tout-terrain qui sera bien sûr commercialisé au Maroc, mais pas avant mars 2007. En attendant, ce sera «La vedette» du stand BMW lors du Mondial de Paris qui ouvrira ses portes au public dans moins d’un mois.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *