BMW X5 : désormais millionnaire

BMW X5 : désormais millionnaire

L’Amérique du Nord ne représente pas seulement le plus gros marché pour BMW. C’est aussi une importante plate-forme industrielle basée aux Etats-Unis et plus précisément, à Spartanburg, en Caroline du Sud. Un gigantesque complexe industriel (1,2 million de m2), inauguré en 1994, doté d’une capacité de production de 200.000 unités et dans lequel sont actuellement assemblés les modèles X5 et X6. Et justement, ce site qui exporte près de 60% des X5 qu’il fabrique vers quelque 120 marchés internationaux, vient d’atteindre un seuil de production majeur. En effet, l’une de ses lignes de montage a produit la semaine dernière le millionième exemplaire du X5. Cela s’est passé le 8 juin en présence de Josef Kerscher, président de BMW Manufacturing (soit l’usine de Spartanburg), quelques responsables du BMW Group et même un officiel américain, en la personne de Joseph Taylor, le secrétaire d’État de la Caroline du Sud. L’occasion de prendre une photo souvenir avec la quasi-totalité de l’équipe qui travaille sur la chaîne d’assemblage du X5. Un modèle dont le millionième exemplaire est une version «xDrive 35i» de couleur «Noir Saphir» et à l’intérieur garni de cuir «Nevada Cinnamon», une sorte de brun tabac très en vogue actuellement. Telle a été la configuration choisie par celui qui prendra bientôt le volant de ce millionième X5. Mais ce dernier devra d’abord traverser l’océan Pacifique puisqu’il est destiné à un client en Chine. Bien évidemment, le constructeur munichois ne peut que se flatter de ce cap industriel qui intervient onze ans (seulement) après la naissance du X5. Petit retour en arrière… En 1999, BMW dévoilait le X5 avec pour principal but de contrer le ML de Mercedes qui avait été lancé deux ans plus tôt. Pour compenser son retard, le X5 reprenait tous les ingrédients techniques et dynamiques des berlines de la marque à l’hélice. Se démarquant clairement des autres SUV (Sport Utility Vehicle) en matière de comportement routier et d’agrément de conduite, le X5 n’était donc que justement baptisé Sport Activity Vehicle (SAV). Tout le monde se rappelle encore des versions 4.6i et 4.8iS qui avaient valu au X5 le statut de 4×4 le plus rapide du monde et ce, bien avant l’arrivée du Porsche Cayenne et autre Audi Q7. Aujourd’hui, le segment des grands SUV chics et sportifs est bien plus garni que par le passé. D’où, la nécessité de revigorer la gamme SAV et en particulier le X5 qui, non seulement peut compter sur une déclinaison M (555 chevaux), mais aussi sur le (léger) restylage de milieu de vie qu’il vient de subir. Objectif : maintenir en hausse les gros volumes que réalise le constructeur allemand dans ce qui était jadis un segment de niche. «Grâce à la famille des BMW X, qui s’est entre-temps ouverte à quatre modèles, la marque à l’hélice a pu enregistrer des chiffres de vente jamais encore atteints par de tels véhicules, comparablement chez un autre constructeur haut de gamme», a indiqué BMW dans un communiqué.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *