Chevrolet Corvette Stingray : God Bless America !

Chevrolet Corvette Stingray : God Bless America !

Il faut croire que la reprise du marché américain était pressentie par les constructeurs locaux quand on voit le programme qu’ils nous ont réservé pour 2013. Pour commencer l’année sous les meilleurs hospices, c’est la fameuse Corvette C7 appelée Stingray qui s’est montrée à la presse internationale au Salon de Détroit. Une américaine qui ne manquera pas de faire le show que ce soit sur les circuits ou lors des différentes manifestations automobiles.
Attendue du public, la toute nouvelle dont quelques croquis se sont retrouvés sur le net avant sa présentation, a enfin été dévoilée lors des journées presse du Salon de Détroit. Une présentation locale donc pour la sportive américaine qui ne manquera pas de séduire les conducteurs des quatre coins du monde grâce à plusieurs nouveautés, certes, mais aussi à son ADN qui lui a permis de garder son identité au fil des ans. D’ailleurs même le nom qui lui a été donné est là pour confirmer cet attachement au passé. En effet, la Corvette Stingray rend hommage à la seconde génération apparue en 1963 qui alliait déjà à l’époque un design unique, des équipements sophistiqués et surtout des performances impressionnantes.
Consciente qu’elle doit aller de l’avant pour en mettre plein la vue à une clientèle exigeante et qui a de plus en plus de choix sur ce segment, la Corvette Stingray n’a repris de l’ancienne génération que deux pièces. En effet, l’américaine propose une structure et une plate-forme entièrement nouvelles, un groupe motopropulseur repensé ainsi qu’un intérieur inédit.
Esthétiquement, la Corvette Stingray arbore toujours une robe agressive avec de nombreuses ouvertures pour évacuer la chaleur du moteur. Les lignes sculpturales de l’américaine sont inspirées des modèles de course avec une aérodynamique qui lui permet de rivaliser avec ses concurrentes sur le circuit.
Le profil est bien évidemment marqué par la fameuse ceinture de caisse sinueuse, ainsi que par ses flancs très travaillés, sa croupe musculeuse. La ligne de pavillon, elle, fait un clin d’œil à la nipponne Nissan GT-R. Certains regretteront la disparition de la lunette arrière en forme de bulle, qui a longtemps caractérisé ce modèle, mais pourront se consoler à la vue des 4 feux rectangulaires prenant place sur une poupe très acérée. Autant dire que cette 7ème génération se veut tourmentée et rompt avec la retenue que l’on pouvait reprocher aux dernières générations. Ce n’est pas pour rien que cette Stingray arbore sur son aile l’emblème de la raie manta.
Pour alléger le poids de la bête, le capot et le panneau de toit sont en fibre de carbone alors que les ailes, les portes ainsi que les panneaux sont en composites. Une initiative que l’on retrouve à l’intérieur également puisque on y retrouve du carbone ou encore de l’aluminium. Soucieux de se mettre aux standards européens en matière de finition, Chevrolet propose notamment un gainage à la main en cuir, deux sièges pouvant être dotés d’une structure en magnésium pour un meilleur soutien au collant, deux écrans de 8 ‘’ reconfigurables pour les informations de conduite et l’info-divertissement.
Sous le capot, la Corvette Stingray accueille un tout nouveau V8 de 6,2 litres LT1 qui peut se vanter d’avoir des technologies de pointe à commencer par l’injection directe, la désactivation des cylindres, le calage variable ou encore un système de combustion lui permettant de fournir plus de puissance tout en consommant moins de carburant puisqu’elle est annoncée comme étant la Corvette la plus sobre. Pour les plus sportifs, le constructeur américain leur a concocté le Pack Performance Z51 qui comprend un différentiel électronique à glissement limité, un graissage par carter sec, un freinage intégral, un radiateur pour le différentiel et la transmission sans oublier un pack aérodynamique spécifique qui lui assurera la stabilité à haute vitesse.
Attendue au troisième trimestre de cette année, la Corvette Stingray est l’une des principales attractions de ce début d’année comme les Américains savent nous offrir dont le premier exemplaire s’est vendu à un million de dollars. Alors on ne peut que dire God Bless America !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *