Citroën C4 coupé 180 ch : Chevrons sportifs

Citroën C4 coupé 180 ch : Chevrons sportifs

Censée réaliser un quart des ventes totales de la C4, sa variante coupé compte beaucoup sur sa version la plus musclées, celle qui voit le 2.0 litres essence de 16 soupapes poussée à 180 ch. Mais avant même de monter à bord et tourner la clé de contact, ce coupé annonce d’emblée la couleur par sa carrosserie assez particulière. Il y a d’abord des teintes suggestives, comme ce rouge vif qui habillait notre modèle d’essai.
Et surtout quelques détails qui confèrent à l’auto une esthétique léchée, tendant vers un tuning soft. Dans ce registre et outre l’inscription chromée «VTS» (sous les rétros), on remarquera, des baguettes latérales peintes, de sublimes jantes alu de 16 ou 17 pouces, une large sortie d’échappement chromée et surtout un aileron proéminent faisant presque office de becquet de toit. Ce dernier artifice est même le point d’orgue stylistique du coupé VTS de 180 ch.
A bord, même son de cloche, avec des sièges enveloppant et rabaissés, un système Hi-fi avec chargeur CD (niché dans l’accoudoir) et 10 haut-parleurs, ou encore des placages en aluminium brossé. Le tout, dans une livrée très embourgeoisée : sièges en cuir et chauffant, clim auto, détecteurs de pluie et de crevaison etc… Là encore, le détail le plus frappant reste le révolutionnaire volant à moyeu fixe, très stylé et regroupant un maximum de commandes autour de lui. Bien entendu, le magnifique toit panoramique en verre figure sur la liste des options.
Pouvant pointer à près de 230 km/h, le coupé C4 régale surtout dans les virages, par son comportement agréable et rigoureux. A ce sujet, Citroën semble avoir tiré profit du savoir-faire de la marque au lion, puisque cette C4 survitaminée profite d’un «toucher de route» très Peugeot. Sous le capot, le 2.0 l maison s’avère assez efficace, bien qu’il n’affiche que 202 Nm de couple. Du coup, il ne faut pas s’attendre à des miracles dans les bas régimes. En fait, on regrette l’absence d’une sixième vitesse. Celle-ci aurait peut-être permis une meilleure exploitation des 180 ch de ce 2.0 l, à travers des accélérations plus tonitruantes et des plages de couple plus élevées.
Alors, pour une conduite plus dynamique, une seule méthode : cravacher la mécanique, histoire de voir le compte-tours digital s’affoler, virant de l’orange au rouge. Que c’est bon de se prendre pour Schumi à bord d’une Citroën rouge !

• DNES à Biarritz Jalil Bennani

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *