Claire Martin: «Des solutions, nous en avions déjà !»

Claire Martin: «Des solutions, nous en avions déjà !»

ALM : Renault a pris part à la COP21. Qu’est-ce qui vous a décidé à participer ?
 

Claire Martin : L’Europe a voulu faire de cette COP 21 la COP des solutions ! Le Grand Palais à Paris a mis en exergue la participation de tous : que ce soit les grandes multinationales, les PME ou encore les microentreprises, les ONG et les associations.  Partant de ce constat, nous nous sommes dit chez Renault qu’au fond, des solutions nous en avions déjà ! C’est le véhicule électrique qui est déjà à disposition du public et dans un grand nombre de pays. Cette solution a déjà démontré son impact et ses retombées sur le climat, ceci bien que dans une proportion marginale car les volumes de vente de l’électrique restent encore limités. Nous nous sommes dit tout simplement qu’une COP qui cherche à œuvrer pour le bien du climat, il fallait que nous y participions avec un message clair.

A qui s’adresse votre message ?

Notre message s’adresse aux gouvernements. Il faut que l’échelle qui concerne les véhicules électriques soit revue à la hausse, car il s’agit d’une solution efficace pour réduire les émissions de monoxyde de carbone, de dioxyde d’azote et des particules, qui sont les principaux polluants de l’air. C’est ce qui nous conduit à envisager un partenariat de grande ampleur. La solution était de montrer ce que l’on propose aux ONG, aux journalistes, aux scientifiques, etc. présents durant la COP. Par exemple, nous avons transporté les participants à la COP21 en véhicules électriques des lieux où ils résidaient vers la conférence. 200 véhicules électriques ont été mobilisés à cette fin.

Cette logistique n’était certainement pas évidente à gérer, surtout pour un parc électrique…

Oui ! D’ailleurs pour que ce système du tout-électrique fonctionne de façon optimale durant l’événement, il fallait des bornes de recharge. Nous en avons implanté environ une centaine dans Paris lors de la conférence. Le tiers de ces bornes restera sur place après la COP21 et servira à être largement utilisé par la suite.

Les autres seront démontées et réutilisées ailleurs. Tout un écosystème de partenaires a été instauré pour réussir ce tournemain. On incite aussi à ce que les voitures électriques soient partagées au maximum lors des déplacements et durant la conférence, ceci afin de réduire le plus possible le gaspillage d’énergie.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *