Climatisation : mode d’emploi

Climatisation : mode d’emploi

La chaleur ! Cet insoutenable climat qui plombe notre bien-être où que nous soyons. A moins que l’on dispose de la solution miracle : la climatisation. En voiture, elle est même plus qu’un équipement de confort. Un plus pour la conduite en sécurité. Savez-vous qu’en mettant le conducteur sous pression, une température caniculaire provoque son énervement et baisse sa concentration avec le trafic routier ?  Point de tout cela, lorsque l’air est conditionné, pur et sans pollens. Enfin énième atout de la climatisation : la rapidité et l’efficacité du désembuage et du dégivrage des vitres en hiver. L’air frais de la climatisation découle d’une réaction physique. En fait, il s’agit d’un liquide réfrigérant qui circule dans un évaporateur. En se déplaçant dans ce dernier, le réfrigérant bout et absorbe la chaleur qui se trouve dans l’habitacle, avant de se diriger vers un compresseur, puis vers un condenseur.
Dans ce dernier, il est refroidi et rendu à son état liquide d’origine, tandis que son humidité a été supprimée lors du passage à travers un réceptacle séchant. En fait, le principe est simple et similaire à celui d’un réfrigérateur, sauf que depuis une décennie, le Fréon (gaz nuisible à la couche d’ozone) n’est plus utilisé dans la clim automobile, ayant laissé place au «R134a», qui lui, est dépourvu de CFC (ChloroFluoroCarbone). Sauf que pour vous éviter tous les ennuis de la chaleur, un climatiseur doit être utilisé de façon adéquate et surtout rester bien entretenu. D’abord, lorsque vous reprenez le volant d’une voiture longtemps restée au soleil, ne mettez pas immédiatement la climatisation en route. Enclenchez l’aération à fond et roulez quelques minutes les vitres grandes ouvertes. Objectif : évacuer l’air chaud. Essayez et vous verrez que ça marche ! Ensuite, ne dirigez jamais l’air froid vers le visage, car vous risquez d’une part de vous enrhumer et d’autre part de vous déshydrater considérablement la peau. Puis, ne mettez jamais la clim à fond. Car entre une température tropicale extérieure et les 15-18 °C de fraîcheur extrême à bord, c’est tout simplement un choc thermique que vous garantissez à ceux qui pénètrent soudainement l’habitacle !
Maintenant, il faudrait aussi savoir qu’un dispositif de climatisation n’est ni éternel, ni increvable. Son circuit doit être révisé régulièrement auprès d’un professionnel qualifié. Car chaque année, se perd environ un tiers du fluide frigorigène. Des fuites qui ont un impact conséquent sur l’effet de serre, à tel point que les législations européennes envisagent de rendre obligatoire la vérification de la climatisation lors du contrôle technique. Si des symptômes comme une odeur plutôt désagréable qui sort des aérateurs, un air moins frais qu’à l’origine ou carrément de l’eau coulant sur le sol au niveau du siège passager, l’entretien de la clim devient alors impératif. Selon le problème décelé lors de la révision, il vous faudra soit vérifier le compresseur, soit ajuster ou remplacer les courroies, soit remplir le réservoir du liquide réfrigérant. Dans une hypothèse purement préventive ou juste pour optimiser et épurer le circuit de climatisation, il est possible de diffuser un spray dans les aérateurs (voir photo en médaillon). Ce produit, purement hygiénique, est disponible dans certaines grandes surfaces et chez les revendeurs spécialisés de pièces auto.
En fait, c’est pour éviter l’accumulation de poussières, voire de détritus dans le circuit d’aération, qu’il est fortement recommandé d’utiliser la climatisation en hiver. Que ce soit pour le désembuage du pare-brise, ou même pour réchauffer l’habitacle, enclencher la commande de l’air conditionné en même temps que celle du chauffage est très recommandé pour obtenir de l’air chaud pur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *