Colin Green : «Le Discovery existera bien en version hybride»

Colin Green : «Le Discovery existera bien en version hybride»


ALM : Que pensez-vous du fait que le gouvernement britannique ne fournira plus d’aides financières à Land Rover ?
Colin Green : Nous avons vu que plusieurs gouvernements européens comme la France et l’Allemagne sont partis à la rescousse de leurs constructeurs automobiles. Nous avons donc demandé une aide financière similaire au gouvernement du Royaume-Uni, mais ce dernier a voulu soumettre ces prêts ou capitaux publics à certaines conditions. En fin de compte, nous avons pu obtenir des fonds de la part de quelques banques britanniques, ce qui constitue une confiance certaine de leur part quant aux perspectives de croissance de Land Rover. Nous sommes plutôt contents d’avoir pu trouver un financement sur le long terme auprès d’investisseurs privés. Et c’est le plus important pour notre firme.

Y aura-t-il une version hybride du Land Rover Discovery ?
Je pense qu’à l’avenir, la technologie hybride sera disponible sur plusieurs modèles de la gamme Land Rover. Nous avons déjà annoncé que nous allons investir près de 800 millions de livres Sterling (NDLR : environ 910 millions d’euros) dans le cadre de la recherche et développement de technologies du futur, conjointement avec la marque Jaguar. Et les propulsions hybrides occuperont une importante part dans cet investissement. Maintenant, pour répondre à votre question, il y aura bien une version hybride du nouveau Discovery, mais je ne peux vous annoncer une date ou échéance à cela. En attendant nous avons introduit le système «Stop & Start» sur le Freelander. Une fonction que nous continuerons à étendre à d’autres 4×4 de la marque.

Est-ce vrai que les futurs véhicules de Land Rover adopteront une structure en aluminium ?
Nous sommes très soucieux par rapport à la question écologique et à tous les sujets y afférant comme la consommation en carburant et les rejets de CO2. Et bien évidemment, le poids est l’un des facteurs les plus déterminants en la matière. Partant de ce constat, nous allons nous atteler à alléger au maximum nos futurs véhicules, ce qui contribuera aussi à améliorer leurs performances routières. Dans le groupe, nous pensons bien profiter de l’expérience de Jaguar en matière de construction en aluminium. Cela, sachant que quelques véhicules de notre gamme actuelle utilisent déjà des panneaux en aluminium.

Mais, est-ce uniquement une question de synergie avec l’ingénierie de Jaguar ?
Non, absolument pas. La question ne se limite pas à une quelconque synergie, mais s’articule bien autour du fait que nous avons besoin d’une stratégie adéquate en matière de structure allégée. Nous sommes conscients que nos 4×4 doivent perdre du poids tout en conservant leurs capacités exceptionnelles en franchissement. C’est là un challenge que Land Rover va bien devoir relever.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *