Conduire sous la pluie: Les pièges à éviter

Conduire sous la pluie: Les pièges à éviter

Cette année, le taux de sinistrés sur la route a sensiblement augmenté avec la pluviométrie exceptionnelle qui a marqué notre pays. Face à ce triste constat, nous avons pensé à vous dresser cette semaine une liste de conseils simples à mettre en pratique pour sécuriser vos trajets.

Les risques possibles

Sur route mouillée, les dangers sont légion. Les projections d’eau altérant la visibilité arrivent en pole position des risques potentiels, surtout sur les routes où le trafic de camions et de poids lourds est important. Leurs roues projettent sur nos pare-brises de la boue mouillée et pâteuse qui «colle» littéralement au verre, empêchant d’apercevoir clairement ce qui se trouve devant nous ou d’évaluer correctement les distances. Autre danger, la dégradation de l’adhérence qui se manifeste par une augmentation de 50% des distances de freinage, un risque de patinage au démarrage et une dégradation de la tenue de route. Enfin l’aquaplaning consiste en une perte d’adhérence due à la formation d’une pellicule d’eau entre le pneu et la chaussée. Ce phénomène intervient lorsque le pneu ne peut plus évacuer suffisamment d’eau (soit à cause de son état d’usure, soit à cause d’une vitesse inadaptée, soit les deux).

Entretenez correctement votre véhicule

Savez-vous que des pneus usés à 50% vous font perdre environ 20% d’adhérence ? Au contact d’une chaussée mouillée, la perte d’adhérence grimpe de façon exponentielle. Idem, quand vos pneus sont surgonflés ou sous-gonflés. Sur les zones bordées d’arbres, le danger est accentué, à cause notamment du mélange très glissant eau/feuilles. Il est indispensable d’effectuer également des contrôles réguliers sur les balais d’essuie-glaces (état et propreté des lames). N’hésitez pas à les remplacer dès qu’ils laissent des zones non essuyées, un voile ou des stries, ou encore lorsqu’ils produisent des saccades et du bruit. Entretenez également l’éclairage de votre véhicule. Par exemple, le bon fonctionnement des feux de croisement est indispensable lorsque vous roulez sous la pluie. Il faudra penser à éviter d’allumer les antibrouillards arrière afin de ne pas éblouir les conducteurs qui se trouvent derrière vous.  

Roulez doucement

Sur route mouillée, les dangers de glissement et d’aquaplaning pullulent. La meilleure façon d’y remédier est de réduire et ajuster sa vitesse. Ainsi, sur autoroute, on évitera de dépasser les 100 km/h. Sur route nationale, on veillera à maintenir cette vitesse à 70 km/h, tandis que sur voie rapide on se stabilisera à 90 km/h. Lorsque la visibilité est réduite à 50 mètres ou moins à cause d’un brouillard, d’une averse de grêle ou d’une très forte pluie, votre vitesse atteindra même la barre des 50 km/h et cela quel que soit le réseau utilisé.

Anticipez toujours !

Lorsque vous vous mettez au volant et qu’il pleut à torrents, commencez par aérer l’habitacle pour éviter la formation de buée et allumer vos feux de croisement afin d’augmenter votre visibilité et celle des autres conducteurs pour vous. Adaptez également votre vitesse et maintenez une distance de sécurité suffisante avec les autres véhicules (un espacement de 3 secondes entre votre véhicule et celui qui vous précède garantit un arrêt sans risque en cas de problème). Gardez à l’esprit que la distance de freinage peut être multipliée par deux par temps de pluie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *