Constructeurs : Renault vise un nouveau record de ventes malgré ses déboires en Europe

Constructeurs : Renault vise un nouveau record de ventes malgré ses déboires en Europe

Le groupe a connu un premier semestre historique avec 1,37 million de véhicules (voitures et utilitaires confondus) vendus dans le monde, en hausse de 1,9% sur un an. C’est la marque Renault qui a tiré le groupe, tandis que celles à bas coût, Dacia et Renault Samsung Motors, ont reculé. Cette performance a été réalisée grâce à l’international (hors Europe), qui représente à présent 40% des ventes de Renault. Les ventes y ont augmenté de 20% à 542.000 véhicules, grâce notamment au Brésil et à la Russie, devenus respectivement les troisième et quatrième marchés du groupe.
Les ventes ont aussi fortement augmenté en Iran et Renault mise beaucoup sur l’Inde où il vient de faire son retour. Ceci est en cohérence avec sa stratégie de «privilégier les grands pays émergents avec des perspectives de croissance», a déclaré Jérôme Stoll, directeur commercial, lors d’une conférence de presse. Seul bémol à l’international, les ventes de la Renault Samsung Motors ont baissé en Corée du Sud à cause de difficultés d’approvisionnement liées au tsunami en mars au Japon et d’une concurrence plus féroce. En Europe, et en France particulièrement, Renault a souffert d’un manque de stocks et de difficultés d’approvisionnement, avec un manque à gagner de 50.000 véhicules à la clé. Les ventes en Europe ont baissé de 7,4% à 831.700 unités et même de 9,9% en France, avec une part de marché en recul de 3,3 points à 25,2%. Depuis trois mois, les immatriculations des marques Renault et Dacia se sont effondrées dans l’Hexagone à cause de problèmes d’approvisionnement sur un moteur diesel et de la suppression d’une prime gouvernementale pour l’achat de véhicules GPL dont Dacia profitait beaucoup. Ces difficultés devraient se résorber à partir de juillet et les usines devraient tourner à plein régime à partir de fin août pour répondre à la demande, estime Renault. «Nous avons manqué de volumes, nous avons manqué de voitures, nous n’avons pas manqué de clients», a fait valoir M. Stoll. Les délais d’approvisionnement, aujourd’hui de plusieurs mois sur les modèles diesel concernés, devraient se réduire. Ceci touche les voitures particulières, tandis que les ventes d’utilitaires progressent et que Renault reste numéro un sur ce segment en Europe. Le deuxième constructeur automobile français s’estime en bonne voie pour atteindre ses objectifs à moyen terme. Il vise «trois millions de véhicules, peut-être même plus (…) en 2013», a rappelé M. Stoll. «Ça suppose de voler de record en record» d’année en année, a-t-il ajouté. En 2011, Renault compte donc faire mieux que les 2,6 millions de véhicules vendus l’an dernier. Le marché mondial devrait progresser de 3 à 4%, selon Renault et l’européen stagner, voire baisser de 2%. Le constructeur espère aussi que sa part de marché en France à fin 2011 sera proche de celle à fin 2010, dans un marché qui devrait s’inscrire en recul de 4 à 6%. Le deuxième semestre sera marqué par le lancement à partir du mois d’octobre de ses premiers modèles électriques (berline Fluence, utilitaire Kangoo et quadricycle Twizy), sur lesquels il mise beaucoup, mais dont les volumes devraient être faibles. Des commercialisations qui ne seront pas affectées par le retard pris dans le programme de production de batteries électriques dans l’usine de Flins (Yvelines), a martelé M. Stoll.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *