Dacia au Maroc : cinq ans et déjà phénoménale

Généralement, lorsqu’on a cinq ans, on est encore petit, fragile et peu dominant. C’est tout le contraire de Dacia, qui, en une demi-décennie, a pris de l’ampleur jusqu’à coiffer le marché national.Affiliée au groupe Renault, la marque roumaine a réellement été introduite au Maroc vers la mi 2005, à l’occasion du lancement de la Logan. Un modèle qui avait d’abord investi les lignes de montage de la Somaca, avant de rejoindre les showrooms du vaste réseau de Renault Maroc. Spartiate, mais fiable, robuste et abordable, la Logan n’a pas tardé à séduire, même s’il ne s’en est vendu qu’un peu plus de 2.700 unités durant le second semestre 2005. C’est peu, mais plus que logique ou acceptable pour une berline disponible uniquement en essence. Il aura fallu attendre l’arrivée du diesel, durant les tout premiers mois de 2006, pour voir enfin les livraisons décoller, ou plutôt «exploser». Cette même année, la Logan a séduit 12.737 nouveaux clients, se taillant, à elle seule, 15% de part du marché total marocain des voitures de tourisme! Le phénomène Logan était née. Le succès de celle qui était encore l’unique Dacia disponible au Maroc en 2007, ne tarit pas avec, pratiquement, les mêmes performances commerciales enregistrées une année auparavant.
2008 ayant été une année «exceptionnelle» pour le marché automobile marocain verra l’arrivée d’un deuxième modèle dans la gamme marocaine de Dacia : le break MCV. Ce dernier ne dopera pas les ventes, même si celles-ci avaient approché les 15.000 unités, soit le véritable objectif qui était assigné par le constructeur aussi bien à Renault Maroc qu’à la Somaca. En effet et selon les communiqués de presse de l’époque, 30.000 Logan devaient être produites à Casablanca, dont la moitié irait pour les marchés de l’export. Une belle ouverture pour l’industrie automobile nationale qui se fera dès 2008, mais n’aura pleinement de sens qu’en 2009 avec l’exportation de plus gros volumes vers la France, l’Espagne ainsi que l’Egypte. Mais ce que l’on retiendra le plus de 2009, c’est le lancement de la Sandero, deuxième Dacia assemblée à la Somaca. Moins longue qu’une Logan, mais bien plus sexy, cette citadine polyvalente a connu un succès immédiat. Cette fois, les ventes marocaines de Dacia allaient progresser sensiblement, dépassant les 18.000 véhicules… sur un marché en net repli l’an dernier. C’est indéniable : Dacia a instauré un nouveau mode de consommation automobile. Des voitures, assez séduisantes et surtout, offrant aux Marocains le meilleur rapport prix/prestations (habitabilité, robustesse, fiabilité) du marché. Au total, plus de 66.700 véhicules vendus entre 2005 et avril 2010, sans compter les toutes dernières commandes enregistrées durant le salon Auto Expo. D’ici la fin 2010 et avec l’arrivée de nouveautés (Duster, Logan Prestige), les ventes marocaines de Dacia pourraient aisément dépasser le cap très significatif des 80.000 unités. Toute une success-story, en 5 ans seulement. Colossal !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *