Dacia Sandero Stepway : La carte jeune

Dacia Sandero Stepway : La carte jeune

Fraîchement lancée par Renault Maroc, la Dacia Sandero Stepway est disponible aussi bien en essence qu’en motorisation diesel, laquelle devrait rester plébiscitée. Et c’est justement cette dernière version que nous avons pu essayer. Mais avant de prendre son volant, c’est par ses atours extérieurs que nous avons été séduits. Des atours qui la différencient d’une Sandero «normale» et qui sont faciles à passer en revue : rails de toit, passages de roues en plastique noir, habillage façon aluminium satiné au niveau des poignées des portes, des rétroviseurs et des bas de caisse, puis sortie d’échappement chromée. À tout cela, s’ajoute une garde au sol rehaussée de quelques mm (à 17,5 cm), des jantes alu de 15’’ et des teintes métallisées spécifiques, dont le «Rouge de Feu» de notre modèle d’essai. Sur la route, l’auto fait preuve d’un comportement plutôt sain, y compris pour ce qui est du freinage qui profite d’un module ABS. La Stepway prend même une certaine aisance à franchir les dos-d’âne. Avec 70 chevaux de puissance, le 1,5 dCi est tout juste suffisant pour un véhicule de ce gabarit et de ce poids (1.141 kg). En première comme en deuxième, l’accélération franche se révèle mollassonne et un peu creuse. Les amateurs de puissance y verront une motorisation modeste, voire faiblarde. Mais bien d’autres apprécieront ce répondant «ouaté» et progressif. Il est clair qu’une telle auto n’est pas faite pour les démarrages en trombe et les petits défis entre copains lorsque le feu passe au vert… En revanche, la Stepway comme la voiture dont elle dérive, brille par la sobriété de son diesel, qui ne revendique que 5,3 l/100 km en cycle mixte. À l’exception des surpiqûres blanches au niveau de la sellerie et le marquage «Stepway» sur les seuils chromés des portes avant, la présentation à bord n’a rien de spécifique. On retrouve donc la planche de bord des Sandero et Logan, mais avec l’habillage et la console centrale de la finition «Lauréate». Comprenez par là que cette finition Stepway offre, outre ses trois places arrière et son coffre de 320 litres, un peu plus que l’essentiel. On y trouve notamment, l’airbag conducteur, la climatisation manuelle, un autoradio CD-MP3 Pioneer, la banquette rabattable, les lève-vitres électriques avant, les phares anti-brouillard et le verrouillage centralisé à distance. Elle a même quelques équipements pratiques, comme l’alarme de l’oubli d’extinction des feux, ainsi que l’ordinateur de bord qui renseigne sur la consommation moyenne, l’autonomie en carburant… Ceci étant, on ne saurait passer sous silence deux petites fausses notes dans l’habitacle. D’abord, l’absence d’un miroir de courtoisie côté conducteur, alors que ce modèle cible une clientèle jeune et féminine. Puis surtout, le volant n’est réglable ni en hauteur, ni en profondeur, alors que le véhicule offre une conduite relativement haute. Mais justement, c’est cette position de conduite qui fait tout le charme de la Sandero Stepway. Et lorsqu’on jette un coup d’œil sur le prix affiché, lequel est inférieur à 130.000 DH, on comprend alors l’esprit et la raison d’être de la Stepway. Une autre Dacia qui offre la conduite surélevée sans forcément se ruiner.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *