DaimlerChrysler : La rupture est à l’étude

DaimlerChrysler : La rupture est à l’étude

Le journal américain cite des sources anonymes proches de ces négociations qui sont toujours en cours. La tenue de ces discussions avait déjà été révélée vendredi par le magazine Automotive News et confirmée par des sources contactées par Reuters.
Mais l’article du Detroit News, qui fait état d’une rencontre entre le directeur général de GM Rick Wagoner et le président du directoire de Daimler Dieter Zetsche témoigne que la perspective d’un accord ou d’une alliance est prise au sérieux au plus haut niveau.
Aucun groupe n’a souhaité jusqu’ici faire de commentaire. Les analystes sont pour leur part très sceptiques sur cette idée d’un rapprochement entre deux constructeurs en plein effort de réorganisation.
Le Detroit News précise que les discussions en sont toujours à un stade préliminaire mais qu’au moins quatre réunions ont eu lieu auxquelles participaient MM. Wagoner, Zetsche et les directeurs financiers des deux groupes, Fritz Henderson pour GM, et Bodo Übber pour Daimler.
Les discussions à propos d’une éventuelle fusion se poursuivent, principalement entre Henderson et Übber, ajoute le même journal.
L’action DaimlerChrysler a atteint lundi dernier à Francfort son plus haut niveau depuis août 2001, à 56,34 euros, en réaction à des informations du Wall Street Journal indiquant que le constructeur allemand a reçu «plusieurs marques d’intérêt» pour Chrysler.
Zetsche a déclaré le 14 février dernier que toutes les options étaient envisageables pour la filiale américaine déficitaire. Certains médias ont fait état, durant le week-end dernier et jusqu’au lundi, de l’intérêt de plusieurs constructeurs pour Chrysler. Parmi eux figurerait le sud-coréen Hyundai Motor. L’administrateur délégué de Fiat, Sergio Marchionne, a lui qualifié d’égal à «zéro» l’intérêt de son groupe pour Chrysler. Cette dernière marque, qui a publié une perte opérationnelle de 1,48 milliard de dollars en 2006, a annoncé un vaste plan de restructuration prévoyant 13.000 suppressions de postes en Amérique du Nord et la fermeture d’une usine dans l’Etat du Delaware, avec pour objectif de renouer avec la rentabilité en 2008.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *