Dakar-2017: Nasser Al Attiyah remporte la première spéciale en auto

Dakar-2017: Nasser Al Attiyah remporte la première spéciale en auto

Le fameux rallye-raid Dakar, anciennement connu sous le nom de Paris-Dakar, vient de prendre son départ pour la 39e édition au Paraguay et sa 9ème édition en Amérique du Sud.

C’est parti pour un périple qui durera deux semaines, du 2 janvier au 14 janvier 2017 qui est présenté comme le «plus dur» de l’ère sud-américaine. Un voyage de presque 8.800 kilomètres au départ d’Asunción, la capitale paraguayenne, jusqu’à Buenos Aires, en passant par la haute montagne bolivienne.  Les premiers vainqueurs ont déjà été annoncés. En catégorie auto, c’est le Qatari Nasser Al Attiyah qui l’a remporté, lundi 2 janvier 2017, en parcourant les 38,5 kilomètres qui étaient au programme en un temps de 25 minutes 41 secondes et ce malgré un départ d’incendie à bord de son 4×4. «A une dizaine de kilomètres de l’arrivée, nous avons senti de la fumée du côté du siège de mon copilote Matthieu Baumel avec un peu de feu. Nous avons ralenti pour finir l’étape et à l’arrivée nous avons pu l’éteindre», a indiqué le pilote de Toyota sur le site de la course. Cette première spéciale du Rallye Dakar-2017 en catégorie auto sera la seule sur le sol paraguayen.

Du côté de la catégorie moto, c’est le Français Xavier de Soultrait qui a remporté la première spéciale du rallye Dakar-2017 en bouclant les 38,5 kilomètres au programme en 28 min 20 sec. Il a ainsi devancé l’Espagnol Juan Pedrero Garcia de deux secondes et l’Américain Ricky Brabec de 14 secondes. Le tenant du titre, l’Australien Toby Price pointe seulement à la 17è position avec 1 min 21 sec de retard.

Lors de cette édition, 318 véhicules sont en lice (144 motos, 37 quads, 87 autos et 50 camions), selon les commissaires de course à l’issue des vérifications administratives et techniques. Parmi les 318 véhicules se trouve une automobile bien particulière, l’Acciona 100% EccoPowered. En effet, il s’agit là du seul véhicule complètement électrique à participer à cette course. Conçue par l’entreprise Acciona, la voiture embarque des batteries au lithium alimentées par une série de panneaux solaires, pour une autonomie de 200 km. Les concurrents doivent parcourir cinq étapes disputées à plus de 3.500 m d’altitude, entrecoupées par une journée de repos à La Paz, la capitale la plus élevée du monde (3.600 m), le 8 janvier. Une première pour ce rallye qui n’aura jamais autant roulé en haute montagne depuis 1978, et le manque d’oxygène s’annonce comme une redoutable épreuve.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *