De la 1007 à la M5, un gouffre !

De la 1007 à la M5, un gouffre !

Peugeot 1007 : citadine transgénique
Jeudi dernier, Peugeot a levé le voile sur la 1007. Dotée d’une face avant très évocatrice de la 407, cette sorte de citadine à architecture haute (1.61 m), navigue entre une citadine à trois portes et un micro-monospace. En effet, forte d’un pare-brise en continuité avec le capot et d’un encombrement assez réduit (3.73 m de long), ce petit monovolume prend des airs de 807 en réduction, d’autant plus que l’accès aux quatre places se fait via deux portes latérales coulissantes. Celles-ci, à ouverture électrique et télécommandée sur toutes les versions, facilitent l’accès à bord, même si l’habitabilité aux places arrière est plutôt limitée. Qu’à cela ne tienne, la banquette se rabat et coulisse, offrant le choix entre passagers bien installés, ou grand volume de coffre (de 246 à 416 litres). Mécaniquement, la 1007 s’animera au départ de trois moteurs, dont deux blocs essence (1.4 l de 75 ch, 1.6 l de 110 ch) et un Diesel, le 1.4 HDi de 75ch. Présentée au public du prochain Mondial de Paris (en septembre prochain), la 1007 sera produite à un rythme annuel de 130.000 unités et sa commercialisation sur les principaux marchés européens débutera à partir de 2005.

Ford Focus C-Max : doublement récompensé
Le Focus C-Max, monospace compact de Ford, vient d’obtenir une distinction en France et une autre en Grande-Bretagne. Dans ce dernier pays tout d’abord, le Focus C-Max a remporté dans la catégorie (fortement concurrentielle) des monospaces, un «British Insurance Car Security Award». Cette élection est organisée par le ministère des Transports britannique ainsi que l’association des assureurs anglais et ces trophées récompensent les véhicules offrant un maximum de sécurité et de résistance contre le vol, qu’il s’agisse de l’intrusion ou du démarrage par force. Difficile à voler, le Focus C-Max l’est du fait de sa fabrication solide, mais aussi de ses équipements de série (verrouillage centralisé par télécommande haute fréquence, puce anti-démarrage, alarme…). Le Focus C-Max s’est également distingué dans l’Hexagone, mais sur un tout autre registre cette fois, puisqu’il a été élu Véhicule d’Entreprise de l’année 2004. Cette distinction, déjà remportée en 2002 par la compacte du même nom, lui a été accordée par un jury composé de 11 membres, sept journalistes spécialisés et quatre gestionnaires de parc. Les critères de sélection pour cette compétition s’articulent autour du style, du confort, de l’agrément, du comportement routier et de l’économie du véhicule (à l’achat, à la pompe et à l’entretien). Créé en 1996 par le magazine «L’Automobile et l’Entreprise», ce concours est de plus en plus pris en considération par les patrons d’entreprises en France.

BMW M5 : la version définitive
Après avoir présenté la M5 Concept au Salon de Genève, BMW va très prochainement dévoiler la version définitive, dont nous vous livrons la photo et les caractéristiques techniques. Esthétiquement, tout d’abord, la nouvelle M5 ne diffère quasiment pas de l’étude de style qui l’a préfigurée, puisqu’elle a pour seul détail inédit, de nouveaux rétroviseurs profilés et intégrant des rappels de clignotants… noircis ! Pour le reste, cette quatrième génération de M5 affiche une carrosserie très agressive mais sans excès. Des boucliers sculptés, aux quatre sorties d’échappement, en passant par les ouies d’aération latérales, toute la panoplies typiques des automobiles M y est. Mais le plus beau de la M5 loge sous son capot : un puissant V10 (soit le même nombre de cylindres que la F1 BMW Williams) atmosphérique, développant 507 ch pour 520 Nm de couple et avec lequel le constructeur transpose à la route toute son expérience en F1. Du coup, avec une puissance de 100 ch par litre et un régime moteur de 8250 tr/min, cette M5 est la plus puissante BMW de série ! Les performances sont au rendez-vous, avec le 0 à 100 km/h abattu en 4,7 s, le 0 à 200 km/h en 15 s et une vitesse maxi limitée électroniquement à 250 km/h. Côté technologie embarquée : on y retrouve l’affichage tête haute, la souris iDrive, l’amortissement variable EDS, ainsi que le «MDrive», un bouton au volant, qui permet de passer en mode sportif de conduite. Enfin, sa commercialisation n’interviendra pas avant 2005. Les hommes d’affaires pressés devront encore patienter…

Lexus IS300 SportCross : d’un cap à l’autre !
Le break Lexus IS 300 SportCross vient de battre un record de vitesse. Il s’agit de la compétition annuelle «Cape-to-Cape» (d’un cap à l’autre), qui démarre du point Nordkapp en Norvège à celui de Tarifa au sud de l’Espagne. Le break de luxe a ainsi parcouru quelque 5.550 km en 55 heures et 24 min, à une vitesse moyenne de 100 km/h. C’est là un record battu de 31 minutes par rapport au précédent. Trois pilotes se sont relayés pour mener l’auto à bon port. Le team, mené par un journaliste automobile spécialisé, est arrivé en première position devant celui d’une Jaguar Diesel, arrivée deux heures après. Loin d’être une épreuve de vitesse, ce challenge est plutôt une compétition d’endurance et de dextérité, nécessitant une régulation et un respect scrupuleux des limitations de vitesse dans chaque pays parcouru. Techniquement, le break IS 300 SportCross est propulsé par un six-cylindres en ligne de 3 litres, développant 211 ch et qui s’est avéré assez sobre lors de cette compétition, puisqu’un seul plein de carburant a permis aux trois pilotes de parcourir plus de 760 km.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *