Detroit 2008 : De l’électricité dans l’ère

Detroit 2008 : De l’électricité dans l’ère

Comme chaque année à la même période, Detroit abrite le salon automobile majeur du continent américain. Le «North American International Auto Show» (NAIAS) a en effet ouvert ses portes au public le 19 janvier et ne les refermera qu’à la fin de cette semaine, soit le dimanche 27. Ce sont donc huit jours durant lesquelles l’automobile mondiale est en fête au cœur du Michigan. Sauf que cela fait déjà quelques années que cette exhibition s’ouvre dans un contexte de morosité, dû au recul des ventes en général et en particulier celles des Big Three, c’est-à-dire les trois grands groupes locaux (General Motors, Ford et Chrysler). Mais à cela, s’ajoutent cette année d’autres facteurs qui apportent encore plus de pessimisme aux prévisions des professionnels de ce secteur aux Etats-Unis. Il y a d’une part la flambée des prix du pétrole et d’autre part la menace d’une récession suite à la crise dite du «subprime», c’est-à-dire les prêts immobiliers à risques. Conséquence : les acheteurs plébiscitent de moins en moins les grandes berlines, gros 4×4 et autres véhicules à la fois coûteux et énergivores. Du coup, tous les exposants se tournent vers ce qui peut refléter ce que l’on pourrait appeler le nouvel idéal automobile américain. Les petits modèles ont la cote, les modèles Diesel deviennent plus populaires et les voitures hybrides (essence + électricité) gagnent de l’estime et du terrain. A tel point que, cette année à Detroit, on parle désormais de véhicules hybrides «plug-in», c’est-à-dire rechargeables sur simple prise de courant domestique ou à partir d’une borne publique de recharge. C’est Toyota qui a dégainé le premier, annonçant la disponibilité de ce type d’hybride à l’horizon 2010. D’ici là, le premier constructeur automobile mondial se limite à la présentation de quelques prototypes tels que le concept-car A-Bat. Objectif : entretenir l’image pionnière et avant-gardiste de Toyota en la matière. Faut-il le rappeler : Toyota a vendu plus d’un million de véhicules hybrides depuis 1997, date du lancement de la Prius. Et lorsqu’on parle de Toyota aux Etats-Unis, on ne peut passer sous silence sa filiale haut de gamme, Lexus. Et, sur ce stand, la vedette s’appelle «LF-A» : un magnifique concept de roadster, monté sur des roues de 20 pouces et propulsé par un V10 de 5.0 l de cylindrée qui développe plus de 500 ch et permet d’atteindre une vitesse 330 km/h !
Les bolides sont donc bel et bien au rendez-vous à Detroit, mais… ils sont désormais Diesel ou même hybrides ! Du moins pour ceux qui se sont le plus fait remarquer cette année. C’est le cas du Concept-RA de Mitsubishi, un coupé très osé esthétiquement, basé sur la dernière Lancer Evolution et animé d’un 2.0 l turbo-diesel de 204 chevaux.
Encore plus osée est l’idée d’une hybride de sport de la part de Fisker, un nouveau label crée par Henrik Fisker (père de l’Aston Martin DB9 et du Z8 de BMW) et matérialisé à travers le concept Karma, réalisé en collaboration avec Quantum Technologies. Il s’agit d’un coupé quatre portes à la ligne sculpturale et au contenu technologique très flatteur. Car, sous son capot un petit moteur thermique est associé à un groupe électrique et une batterie Lithium-ion, alimentée par le moteur à explosion. Une chaîne cinématique qui récupère de l’énergie au freinage et lors des décélérations, mais aussi via des panneaux solaires installés sur le un toit.
Puis surtout, il y a Audi et son prototype de R8 à moteur V12 TDi. Ses valeurs ?     500 chevaux pour un couple faramineux de 1.000 Nm ! Quant aux performances, elles sont exceptionnelles pour un véhicule Diesel : 0 à 100 km/h en 4,2 sec et 300 km/h en vitesse de pointe. Mais ce qui est encore plus surprenant sur le puissant bloc à «mazout» de la R8, c’est qu’il répond déjà aux normes antipollution Euro VI qui seront en vigueur en 2014 !
Chez le concurrent Mercedes, c’est le GLK Vision qui tient la vedette sur le stand. Il s’agit d’un «proto» qui préfigure ce que sera le premier SUV compact que la marque à l’étoile lancera pour concurrencer le X3 de BMW.
Justement, la marque à l’hélice n’est pas en reste, présentant en avant-première mondiale le X6 Active Hybrid, soit une version hybride du premier «Sport Activity Coupe». Ce qu’il a de spécial par rapport à un X6 normal ? Un système de propulsion hybride associé à une boîte de vitesses à variation continue et à deux modes de fonctionnement : le premier pour les phases de départs et conduite à basse vitesse ; le second pour les accélérations à plus grandes vitesses. Selon BMW, le X6 Active Hybrid consomme jusqu’à 20% de moins que le modèle normal. Autre constructeur haut de gamme, Land Rover a profité du Salon de Detroit pour présenter le concept LRX. Ce dernier préfigure le futur crossover que la marque britannique (affiliée au groupe Ford) lancera à l’horizon 2009. Son point fort : un design futuriste et une ligne rabaissée, mais aussi un Diesel associé à un moteur électrique avec, à la clé, des rejets polluants modérés (moins de 120 g de CO2/km en cycle mixte).
Toujours du côté des constructeurs européens qui se sont distingués cette année à Detroit, Volkswagen a présenté la Passat CC (pour Coupé Confort). Il s’agit d’une longue berline à 4 portes, mais aux lignes sportives et affinées d’un coupé. Le CLS de Mercedes continue donc à faire des émules.
Les marques coréennes ne sont pas en reste. Hyundai a levé le voile sur sa dernière grande berline, la Genesis, tandis que Kia Motors a lancé en grande pompe le Borrego, son premier gros 4×4 de luxe. Point commun entre ces deux productions : un puissant moteur V8 essence qui vient démontrer les talents de motoriste que revendique ce groupe.
Et les constructeurs américains dans tout cela ? Ils sont bien au rendez-vous et non sans surprise. C’est le cas de Ford qui, outre la version restylée de son gros pick-up phare le F150, a dévoilé une déclinaison longue du Verve Concept. Celle-ci, avec ses faux airs de Mondeo en réduction, préfigure la future berline compacte de la gamme américaine de Ford, qui sera lancée (aux USA) en 2010.
En revanche et pour sa part, Cadillac (groupe General Motor) a profité de Detroit pour dévoiler un modèle avec lequel il compte conquérir le marché européen. Il s’agit du concept CTS Coupe, esthétiquement très proche de la berline éponyme et dont la particularité est d’être annonciateur d’un futur Diesel dans la gamme, en l’occurrence un 3.9 litres de 250 chevaux. A ses côtés, le «Provoq», un prototype qui vient rappeler les ambitions et les engagements du groupe GM en matière de véhicules à hydrogène. Ce SUV «vert», n’en demande (de l’hydrogène) que 6 kg pour pouvoir rouler sans ravitaillement dans un rayon de 500 km. Tout cela nous amène à jauger l’ampleur de la prise de conscience des constructeurs automobiles par rapport aux défis écologiques du court terme. Tous se sont mis au vert, y compris les chinois. C’est le cas de BYD qui a présenté son modèle de voiture hybride à Detroit.
Même Ferrari a osé l’impensable en exposant une F430 Spider fonctionnant avec du bioéthanol (E85). Explication : la marque au cheval cabré vend près de 30% de sa production sur le territoire US. Et ce dernier, malgré toutes les menaces de récession qui pèsent sur lui restera le plus gros marché automobile de la planète. Pas question alors de ne pas être «écolo» à Detroit. Cela d’autant plus que les acheteurs américains sont de plus en plus regardants sur la consommation de leur véhicule. D’ailleurs – et beaucoup de gens ont tendance à l’oublier –, si les constructeurs automobiles japonais dominent fortement le marché américain, c’est parce qu’ils ont acquis une certaine notoriété durant les années 80 après avoir développé des petits véhicules qui consomment peu d’essence et ce, au lendemain de la crise du pétrole des seventys. C’est cela tirer les leçons du passé.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *