Dieselgate: Un logiciel illégal découvert sur 24.000 véhicules Audi

Dieselgate: Un logiciel illégal découvert sur 24.000 véhicules Audi

Le constructeur allemand Audi, propriété du mastodonte Volkswagen, a installé un logiciel illégal destiné à modifier les tests d’émissions sur 24.000 de ses véhicules diesel, nouvel épisode dans le scandale des moteurs truqués, a annoncé le ministre allemand des transports.

«Audi a installé un dispositif de déconnexion non-autorisé», a déclaré Alexander Dobrindt lors d’une conférence de presse.

Interrogé par l’AFP, un porte-parole du constructeur a assuré que la marque haut de gamme d’Ingolstadt (sud) travaillait «étroitement avec les autorités».

Selon M. Dobrindt, la fraude concerne 24.000 nouveaux véhicules diesel en Europe, dont 14.000 en Allemagne, et avait pour but de les faire passer pour plus verts qu’ils n’étaient vraiment.

Aucun véhicule truqué d’Audi n’avait été jusqu’alors découvert en Allemagne, affirme l’agence dpa.

Aux Etats-Unis, la marque avait déjà été mise en cause pour quelque 80.000 véhicules truqués dans le cadre du scandale Volkswagen, révélé en septembre 2015 et qui concerne 11 millions de véhicules diesel du groupe dans le monde équipés d’un logiciel destiné à les faire passer pour plus écologiques.

Une partie des véhicules incriminés était munie de moteurs diesel trois litres développés par Audi.

En ce qui concerne la fraude révélée, Audi avait installé le logiciel similaire, capable de détecter lorsque les véhicules étaient en phase de tests et donc de modifier les valeurs des émissions polluantes, a indiqué M. Dobrindt.

La tricherie a été découverte sur des véhicules des séries A8 et A7, des grosses cylindrées construites entre 2009 et 2013 et équipées de moteurs V6 et V8, selon Alexander Dobrindt.

C’est la première fois que l’on découvre la présence de ce logiciel sur ce type de grosses cylindrées.

«Il est évident que ces véhicules ne peuvent pas rester en l’état et doivent être rappelés», a-t-il déclaré

mi-mars, la justice allemande avait perquisitionné plusieurs locaux d’Audi dans le cadre d’une vaste enquête en Allemagne pour déterminer les responsabilités dans le scandale. Le patron d’Audi, Rupert Stadler, avait admis il y a une dizaine de jours que sa marque traversait une «période difficile» depuis l’éclatement du scandale du diesel il y a un an et demi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *