Discovery III : Rien ne l’arrêtera !

Discovery III : Rien ne l’arrêtera !

Strictement spécialisé dans les véhicules 4×4, le constructeur Land Rover avait présenté, vers la fin 2004, la troisième et nouvelle génération de son milieu de gamme, le Discovery. Un vrai tout-terrain qui débarque ce mois-ci dans les showrooms de Smeia, l’importateur marocain de la marque à l’«ovale verte». Un label, évoluant depuis 2000 sous la houlette du groupe Ford. Et c’est justement ce Discovery qui sera le premier véhicule à être entièrement développé par la nouvelle équipe placée à la tête de la direction de Land Rover par le géant américain. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le cahier des charges relatif à la conception du nouveau «Disco» a largement été respecté.
A commencer par le volet esthétique qui impliquait que cette nouvelle mouture devienne nettement plus émotionnelle que sa devancière, tout en conservant quelques gênes propres à la marque et à l’ancien modèle. Il est presque amusant de constater que plusieurs détails de carrosserie ont été conservés, tout en offrant au Disco III une silhouette totalement inédite. Ainsi, avec ses bordures, le dessin du capot est toujours en forme de couvercle. Idem pour les surfaces droites et lisses, ou encore ce fameux décroché du toit au-dessus du compartiment arrière, qui constituent des traits distinctifs des deux précédentes versions. En revanche, son regard a bien été actualisé. En effet, le design des phares a été extrapolé de l’actuel Range Rover, faisant appel à deux projecteurs enchevêtrés et placés sous la glace lisse d’un bloc carré. A l’arrière, le traitement de ce «Disco» se veut encore plus épuré, voire même un peu sobre. On y remarque des feux débordant sur les côtés et un hayon vertical, dont la double ouverture verticale et antagoniste apporte, sous cet angle, un soupçon d’originalité à l’ensemble.
Bref, toujours aussi cubique avec ses surfaces droites et lisses, le Discovery III a énormément gagné en prestance, arborant un look bien dans l’air du temps. Des allures de «Baby-Range», irai-t-on jusqu’à dire ? Pas vraiment, car avec ses 4,84 m de long sur 1,89 m de haut, le Discovery est respectivement 11 cm plus court et 2 cm plus bas, par rapport au vaisseau amiral de la marque, le Range Rover. Il est donc tout aussi imposant que ce dernier.
A l’intérieur, les habitués de la marque ne seront pas dépaysés. L’ambiance est typiquement Land Rover et la touche «so british» parachève de lui donner un cachet de luxueux 4×4.
La planche de bord impressionne par son aspect massif, mais l’habitabilité est plus que généreuse.
Mais surtout, les configurations d’équipement choisies par l’importateur marocain placent très haut la barre, avec une dotation complète dès le premier niveau de finition (Basic). Celle-ci inclut d’emblée six airbags, la climatisation automatique à réglages multi-zones, un autoradio avec lecteur CD frontal, le régulateur de vitesse, des jantes en alliage et un système d’alarme…
L’équipement s’enrichit ensuite au gré des niveaux de finition (S, SE et HSE) pour offrir d’abord une troisième rangée de sièges (escamotable dans le plancher du coffre), puis toute une flopée de gadget high-tech. De la sellerie en cuir avec réglages électriques pour les sièges avant, aux projecteurs bi-xénon en passant par le radar de stationnement, le détecteur de pluie, une glacière en bas de la console centrale, un système hi-fi  à 13 H.P (Harman Cardon) digne d’un auditorium… le Discovery peut intégrer tout ce que peut avoir une grande et confortable berline, avec en plus tous les artifices nécessaires à un 4×4 pour en être un. Un vrai ! Ainsi, outre des traditionnels dispositifs (ABS avec répartiteur et amplificateur de freinage, antipatinage, contrôle de stabilité et contrôle actif du roulis), ce mastodonte qui repose sur un châssis échelle et une suspension pneumatique et indépendante aux quatre roues, a également droit à une transmission intégrale permanente associée à deux gammes de rapports (courts et longs) et à un blocage central de différentiel.
Mais ce qui laissera le Discovery évoluer en toute aisance sur terrain sauvage est plutôt de nature électronique. Il y a le contrôle de vitesse en descente (HDC), mais surtout le «Terrain Response», qui constitue l’innovation majeur du Disco III. Il s’agit d’un système pré-réglés sur cinq modes et permettant au conducteur de sélectionner le réglage du châssis et des trains roulants en fonction du type de terrain rencontré. Le «Terrain Response» gère ainsi la hauteur de caisse, la réactivité du moteur, le contrôle d’adhérence en descente, l’antipatinage et les réglages de la transmission. A elle seule, cette sophistication constituerait presque un motif d’achat ! Du moins pour les puristes du 4×4 et autres amateurs de franchissement. Pour les autres, le Discovery III sera l’engin idéal pour prendre les trottoirs de la ville pour une «jungle urbaine». La gamme des motorisations s’articule autour de trois blocs. Il s’agit, en essence, de l’ancien 4.0 litres V6 (215 ch/360 Nm) et du nouveau 4.4 litres V8 (299 ch/425 Nm). Le Diesel, lui, n’est autre que le 2.7 litres TDV6 (190 ch/445 Nm) qui a été élaboré conjointement par Ford et PSA pour animer notamment la Jaguar S-Type et la Peugeot 607.
Très bien étudiés, les tarifs démarrent à 534.000 Dhs TTC pour la version Basic du 2.7 TDV6 et plafonnent à 894.000 Dhs TTC pour le 4.4 V8 HSE. De ce fait, ils (les prix) constituent, eux aussi, un point fort pour cet aventurier des temps moderne. Un baroudeur polyvalent qui, depuis son lancement il y a quelques mois, a déjà raflé une trentaine de trophées, dont le titre très flatteur de 4×4 de l’année 2005.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *