Du style et de la technologie

Du style et de la technologie

Au prochain Salon automobile parisien, le stand Citroën battra son plein. Et pour cause, la C4, qui vient tout juste d’être dévoilée fera sa première apparition publique, au bonheur des nombreux passionnés de la marque. Et des «Citroënistes», la France en regorge par milliers (si ce n’est plus) comme l’atteste le nombre d’automobile clubs dont le logo affiche deux chevrons.
Au Salon genevois déjà, beaucoup de visiteurs s’étaient fourmillés autour de la C4 WRC, prélude à la version définitive de la variante coupé et annonciatrice du remplacement de la Xsara WRC pour la prochaine saison des rallyes. Aujourd’hui, et après plusieurs indiscrétions de la presse automobile spécialisée française, Citroën présente la C4 berline, en même temps que sa variante coupé. Mais en revanche, pas de version break.
Selon les responsables de la marque, le Picasso est largement capable de répondre à la clientèle de cette catégorie. Ceci étant, la C4 se veut plus qu’un nouveau modèle, elle confirme le renouveau stylistique du constructeur cultivant savamment l’appartenance esthétique à la gamme actuelle. Ainsi, comme les C2, C3 et C3 Pluriel, Jean-Pierre Ploué, le directeur du Centre de style Citroën a gratifié la C4 d’une identité visuelle assez forte. Un brin plus osé que la Xsara, la ligne de la C4 est également l’une des plus aérodynamiques de sa catégorie, présentant un CX (coefficient de pénétration dans l’air) de 0,28. Une telle valeur ne va pas sans influencer positivement sur son comportement routier, avec à la clé une consommation optimisée. Fluide dans ses atours, la C4 est aussi agressive avec sa face avant qui arbore un nouveau regard. Les blocs de phares remontent haut sur les ailes, tandis que les deux chevrons ont été stylés de façon à constituer la calandre. Cette dernière, à l’image de celle verticale des Audi, devrait se généraliser sur d’autres Citroën lors de leur prochain restylage.
Tradition oblige, la C4 reçoit un hayon comme toutes les précédentes compactes Citroën, de la DS à la Xsara, en passant par la ZX. Mais, contrairement à la face avant, commune aux deux versions, la poupe change radicalement d’un modèle à l’autre. Ainsi, la cinq portes opte pour un hayon classique et rebondi, encadré par des feux verticaux qui débordent à leur base. Plus complexe, l’arrière du coupé surprend par son hayon dont le vitrage en deux parties quasi-perpendiculaires se veut plus dynamique et s’entoure de feux tout aussi originaux. Qu’il s’agisse de la berline ou du coupé, le profil se distingue par un pavillon arqué, en harmonie avec la forme latérale des vitres. Au demeurant, celles-ci sont en verre feuilleté, ce qui a pour avantage d’améliorer l’insonorisation à bord et d’éviter l’éclatement en cas d’accident. Longue de 4,21 m et haute de 1,43 m, la C4 berline préservera aussi la réputation de la marque en matière d’habitabilité. Mais tel ne sera pas le point fort de l’habitacle.
Ce dernier, voulu très moderne dans sa présentation et dans sa conception, fait la part belle à l’ergonomie et au high-tech. La planche de bord inédite place son instrumentation digitale au centre (en haut de la console centrale), tandis que le volant est à moyeu central fixe. Une innovation directement dérivée des concept-cars de la marque et offrant plusieurs avantages, dont la possibilité d’installer au centre les principales commandes d’aide à la conduite et de confort, mais aussi de permettre un déploiement plus efficace de l’airbag conducteur. La sécurité semble ainsi avoir été l’une des préoccupations majeures du constructeur lors du développement de la C4. Ainsi, celle-ci reçoit des airbags auto-adaptatifs, c’est-à-dire qui se déploient en fonction de l’intensité du choc.
L’ABS sera de série et probablement aussi sur les configurations d’équipement de l’importateur marocain, mais probablement pas le contrôle électronique de stabilité (ESP), à «piocher» au rayon des options. D’ailleurs dans ce dernier registre, la C4 pourra recevoir des équipements de confort ou de sécurité, non encore généralisés chez ses concurrentes. C’est le cas du toit panoramique en verre, des phares au xénon tournant, on encore des pneus de roulage à plat reliés à un capteur de sous-gonflage. Mais surtout, la C4 marquera un point décisif en matière de sécurité active avec l’«alerte de franchissement involontaire de ligne» (AFIL). Ce dispositif, composé d’une caméra reliée à un vibreur logé sous le siège conducteur, alerte ce dernier lorsque la voiture franchit les lignes blanches (continues ou en pointillés) de la route, alors que le clignotant n’a pas été enclenché. Efficace contre la somnolence ou même l’étourderie, ce système était jusqu’ici en expérimentation sur la 607 et sera sur la C4 une première mondiale. Côté motorisations, la nouvelle compacte aux chevrons aura droit à cinq blocs à essence (de 1.4 l à 2.0 l, de 90 à 180 ch) et trois Diesel HDi (1.4 l de 92 ch, 1.6 l 110 ch de et 2.0 l de 138 ch). Gageons enfin que le nouveau châssis de la C4 offrira des qualités dynamiques saines, et ce, même si la C4 se passe de la suspension hydropneumatique. Ce qui reste en tout cas sûr, c’est qu’avec la C4, Citroën reviendra en force dans le segment des berlines compactes.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *