Embrayage : Des qualités et des faiblesses…

Lorsqu’on voit le nombre de véhicules tout-terrain vendus et circulant sur le marché automobile marocain, on ne peut que s’intriguer sur les raisons de ce succès. Indéniablement, le 4×4 a gratté des parts de marché à la traditionnelle berline. C’est presque à croire que cette dernière est devenue une voiture pour «papas vieux jeu». Même constat du côté des grandes routières et des prestigieuses limousines qui subissent de plein fouet la déferlante des 4×4… de luxe. En effet, on voit aujourd’hui circuler à Casablanca, autant de Cayenne, de Touareg, de Range Rover et autre Murano que d’A8, de Série 7 ou de Classe S. Même les riches préfèrent la conduite surélevée !
Sans vouloir faire de cet éditorial un plaidoyer contre les conducteurs de 4×4 (et il y en a beaucoup), on ne s’empêchera pas de les classifier.
Il faut savoir tout d’abord que l’écrasante majorité des Marocains n’achètent pas des 4×4 pour aller en randonnée et encore moins pour sillonner le désert, mais plutôt pour parader (et non pas barouder) dans les beaux quartiers de la ville ou alors faire du franchissement de…trottoirs ! Avez-vous dit frime ?
De plus, certains «proprios» de 4×4 achètent leur monture pour se procurer un sentiment de sécurité, voire de puissance. Avec leur énorme pare-chocs, voire leurs épais (et dangereux) pare-buffle métallique, les tout-terrain constituent pour beaucoup l’engin idéal pour dissuader ou même défoncer l’adversaire, c’est-à-dire l’autre automobiliste. Qui n’a pas déjà été intimidé par l’un de ces tanks lors d’une intersection où il a la priorité ?
Pourtant, s’ils savaient tous les dangers et inconvénients que présentent ces véhicules surélevés, plus d’un propriétaire de 4×4 ne l’aurait probablement pas choisi. Car, des «défauts», ces véhicules en ont bien quelques-uns.
A commencer par leur forte consommation. Du fait de leur structure et leur dispositif de transmission intégrale, les 4×4 sont plus lourds. C’est ce qui explique qu’ils revendiquent en moyenne 10 à 15 % de plus qu’une berline animée du même moteur et à niveau d’équipement égal. Avez-vous dit véhicules de loisirs? Plutôt chers payés les loisirs, lorsqu’on jette un œil sur le budget mensuel alloué au carburant. Et puis, qui dit consommation, dit aussi pollution. Un volet sur lequel les véhicules tout-terrain comptent beaucoup de détrcteurs en Europe. Mais c’est leur comportement routier que les 4×4 représentent plus de dangers à leurs utilisateurs. Plus lourds, ils freinent généralement moins bien qu’une berline. Plus hauts, ils écopent d’un centre de gravité plus élevé et pénalisant lors des passages en virages.
Encore plus grave, le danger qu’ils représentent non pas envers les autres véhicules, mais par rapport à un piéton. Selon de récentes études d’accidentologie, ce dernier a quatre fois plus de chance (malchance en fait) de trouver la mort lorsqu’il est percuté par un 4×4, plutôt qu’une voiture normale.
En dépit de tous ces points faibles, il n’empêche que le 4×4 a encore de beaux jours devant lui. Les constructeurs automobiles tablent sur une forte croissance dans ce segment et croient plus que jamais à son engouement. La preuve, des labels comme Peugeot ou Renault disposeront bientôt de modèles hauts sur pattes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *