Embrayage : Design Volvo : copié par les autres

Malgré son originalité, le design des Volvo est critiqué par certains. On le trouve sage, froid (comme la Scandinavie), parfois même à la limite de la banalité. Et pourtant, il est de plus en plus copié par les autres constructeurs. Certes assez courant dans l’industrie automobile, ce phénomène (le copiage esthétique), à la fois dérangeant et flatteur, n’est pas nouveau pour Volvo. Il suffit d’un léger retour en arrière pour s’en convaincre. Souvenez-vous, qui a été le premier à adopte l’emplacement en hauteur et verticalement pour des feux arrière sur l’un de ses modèles ? Volvo ! Il s’agissait, plus précisément, du break 850 apparu en 1993. Originale, novatrice et très réussie, cette architecture (feux verticaux) allait depuis être systématiquement reprise par une flopée de modèles jusqu’à nos jours encore : Fiat Punto, Honda CR-V (puis HR-V), Renault Laguna (I) break, Opel Corsa II, Ford Focus…
Aujourd’hui, certains modèles de la concurrence reprennent un autre aspect du design propre au constructeur suédois et non des moindres, puisqu’il s’agit de l’élément le plus fort qu’affiche l’arrière d’une Volvo. Il s’agit de cet épaulement des «hanches» (au niveau des ailes arrière) qui soulignent et dictent la forme des blocs de feux. Ouvrez un catalogue Volvo, jetez un coup d’oeil sur la poupe de la S40 et surtout celle du XC90, puis allez sur Internet voir l’arrière de deux nouveautés, non encore commercialisées au Maroc: le nouveau Kia Sportage et le break de la nouvelle Skoda Octavia (Combi). Etrange ressemblance, n’est-ce pas ?
Le plus surprenant dans l’affaire, et que la grande majorité ignore, c’est que ce fameux épaulement au niveau de la ceinture de caisse n’a pas qu’un fondement stylistique, mais aussi une raison d’être sur le plan de la sécurité, une valeur chère au constructeur suédois et qui a même fait toute sa réputation. En effet, sous la ceinture de caisse, se cachent des longerons tubulaires en acier au bore (un matériau très résistant), sensés mieux protéger la cellule habitable en cas de collision latérale ou de retournement. Du coup, il semble clair que les designers de chez Volvo s’accommodent avec brio aux impératifs industriels, qui prévalent de la planche à dessin, à la chaîne de montage. Maintenant, peut-être qu’avec de telles précisions apportées, on regardera un peu plus différemment et de façon plus valorisante ces belles Suédoises qui roulent de plus en plus sur nos routes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *