Embrayage : Quand l’agent 007 roule pour Ford et ses marques

Ah qu’elle est belle l’Aston Martin DBS ! Ses grands yeux, ses larges hanches et sa chute de rein qui sculpte son derrière très sexy… Une sportive «so british», au physique de rêve que l’on a toujours du plaisir à contempler, faute de pouvoir la retrouver –dans son garage– en chair et en os et donc de l’avoir au bout des doigts. Voilà comment pouvait-on démarrer un écrit sur la sulfureuse Aston… avant d’avoir été au ciné pour voir «Quantum of Solace», le dernier opus de la saga James Bond. Maintenant, voilà ce que ça donne pendant et après-coup. Aïe, aïe aïe, mais qu’est qu’elle encaisse la pauvre DBS ! Une carrosserie criblée de balles, une portière arrachée et des ailes pressées par une prise en sandwich entre un poids lourd et une Alfa 159. Malmenée dans tous les sens, la voiture de l’agent 007 a en fait été sacrifiée en plusieurs exemplaires. Au total 12 Aston Martin DBS ont été détruites durant le tournage, dont au moins deux, de façon involontaire. Une première a ainsi été jetée par-dessus le rail de sécurité sur une route longeant le lac de Garde (en Italie), par manque de dextérité du cascadeur. Est-ce le même homme qui, suite à un mauvais coup de volant, a passé au mur une autre DBS ? Peu importe. Moralité de l’histoire : rien n’est trop cher pour réaliser un film comme Quantum of Solace. Rien, car les retombées médiatiques sont colossales. En effet et dans ce long-métrage d’environ 1 h 45 min, le groupe Ford s’en est mis plein les scènes. Si l’on ne voit une Focus noire que durant une fraction de seconde, d’autres modèles à l’Ovale bleue crèvent l’écran. A commencer par la toute nouvelle Ka, conduite par la ravissante mannequin ukrainienne Olga Kurylenko. Non seulement James Bond s’y installe –ce qui est déjà flatteur en soi–, mais on voit cette auto évoluer dans les rues de Port-au-Prince (Haïti). D’accord, la circulation dans cette capitale est loin d’être embouteillée comme à Paris, au Caire ou à Mexico, mais il est clair qu’il y a bien une volonté des marketteurs de Ford quant à montrer la compacité de sa micro-citadine et son aisance à se faufiler en milieu urbain. Après quoi, on verra Daniel Craig, alias JB, conduire calmement une Volvo S80, alors que deux exemplaires du Edge, le dernier SUV de Ford, servent à transporter la bande du «méchant» (Dominic Greene), lequel préfère être à l’arrière d’une Jaguar XJ. Une marque qui ne fait plus partie du groupe  Ford, tout comme Land Rover, dont le Range Sport servira aussi à M. Bond. Bref, une belle brochette automobile et un sacré coup marketing.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *