Embrayage : Volvo Car : Fausse note mécanique

En effet, les marketeurs de chez Audi font actuellement la promotion de leurs prouesses technologiques en parlant de systèmes de conduite efficients («Efficient Drive Systems»).
Mais c’est du côté de Volvo Car que l’on mise de plus en plus sur l’efficacité de conduite, comme le montrent ses ingénieurs qui ont retravaillé le 1.6 Diesel de la compacte C30 (lire article page VI). Le constructeur suédois veut à tout prix passer pour le «donneur de leçons» en matière d’économie de carburant. Quitte à dégringoler en gamme sur le plan mécanique.
Car, encore plus faibles –voire navrants– sont les nouveaux moteurs proposés sur les gammes V70 et S80 : de petits quatre cylindres de 2.0 litres dont la puissance n’atteint même pas les 150 chevaux ! De quoi faire le bonheur des conducteurs les plus radins, certes, mais aussi des… responsables de BMW et Audi !
Non, trêve d’ironie. Comment peut-on séduire la clientèle d’un segment (celui des grandes routières) toujours trusté par les puissantes berlines allemandes, en plaçant un 2.0 l essence de 145 ch ou autre Diesel de même cylindrée, mais de 136 ch seulement ?
Ce sera difficile, même en annonçant que la consommation baisse à 8,1 l/100 km pour la S80 2.0 l essence et 5,9 l/100 km dans sa version 2.0 l Diesel. N’est-il pas curieux et contradictoire que de faire croire à un acheteur que sa berline haut de gamme consommera très peu, alors qu’il est relativement aisé pour en supporter le budget carburant, puisqu’il a pu se payer une voiture de cette trempe ? Et puis, pour un conducteur averti, il est certain qu’avec de telles mécaniques, des voitures de grand gabarit comme la S80 et le break V70 deviennent sous-motorisées. Et il ne sera alors que complexant de se faire doubler sur l’autoroute par des voitures du segment inférieur (une BMW 320d par exemple). La cause de Volvo est peut-être bonne, mais elle reste critique et critiquable sur le plan stratégique.
Lobby et alibi écologiques, ne constituent – malheureusement – pas encore un argument commercial mordant. Du moins, à l’échelon international. Dommage, mais cela viendra probablement avec le temps.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *