Esprit nordique

Esprit nordique

Tout le monde le sait maintenant, la représentation marocaine de Volvo a changé de mains, voilà bientôt deux ans. Son nouvel importateur, Scandinavian Auto Maroc, a en effet sérieusement repris les choses en main. Après avoir regagné la confiance des clients de la marque suédoise, en tournant définitivement la page sombre du service après-vente (très mal) assuré jadis par Saïda Star Auto, le nouveau détenteur de la carte «Volvo» a pu clôturer l’année 2004 avec un bilan commercial très encourageant, bien qu’avoisinant tout juste les 100 unités vendues. Parmi ces modèles, la S60 s’inscrit au coeur de la gamme et cible, grâces à ses différentes versions, plusieurs profils de clientèle.
Des jeunes cadres d’entreprise aux pères de famille moderne, en passant par les femmes en quête d’un véhicule rassurant et au style discret, mais assez séduisant. Car il est révolu le temps où une Volvo se contentait d’offrir une sécurité maximale dans une cage à angles droits. Place à des lignes plus personnelles, agrémentées de courbes et d’effets de style plus recherchés, à l’image de la nouvelle S60. «Nouvelle, c’est trop dire!» pourraient avancer les spécialistes ou les plus avertis. Et ils n’ont ni vraiment tort, ni parfaitement raison. En fait, ce doux restylage a vu les designers de la marque effectuer un travail plutôt méticuleux, notamment à l’avant, où la S60 reçoit un bouclier redessiné, ainsi qu’une calandre plus grande et rabaissée. Les blocs de phares intègrent désormais des clignotants sur fond orange et ont troqué leur verre au profit du plastique, plus léger, plus résistant et moins préjudiciable aux piétons en cas de chocs avec eux. Sécurité quant tu nous tiens…
A l’opposé, les feux arrière adoptent du verre transparent et des ampoules visibles, le out offrant un graphisme d’éclairage inédit dans l’obscurité. Outre la présence de quelques inserts de chrome, le constructeur annonce un traitement hydrophobe pour le vitrage latéral, également appelé «verre déperlant», c’est-à-dire empêchant l’accumulation des gouttes, ce qui améliore la visibilité en cas de pluie. Autre innovation, toujours d’ordre sécuritaire, mais plus sophistiquée et proposée en option cette fois : le «Blis». Il s’agit d’un système qui consiste à réduire les angles morts au conducteur, grâce à l’utilisation d’une caméra intégrée au rétroviseur extérieur.
L’habitacle n’est pas en reste, avec notamment l’adoption de sièges redessinés aux appuis-tête amincis (anti-coup du lapin) et offrant plus de réglages et d’ergonomie aux occupants. Et d’ergonomie, il est également question avec l’apparition d’un nouvel accoudoir central avant, intégrant porte-gobelets et divers compartiments de rangement. La planche de bord se dote d’une nouvelle console centrale plus fine et entourée de matériaux plus nobles (bois de noisetier ou aluminium clair ou foncé). Le tout dans une qualité d’assemblage méritant l’approbation, que le prestigieux blason arboré. Idem pour le niveau d’équipement qui se veut haut de gamme, dès le premier niveau de finition «Concept», à tel point qu’il semble incongru de parler de «version de base» pour une Volvo. Ainsi, sont d’emblée présents : 8 airbags, l’antipatinage (STC), le radar de recul, l’ordinateur de bord, un autoradio avec lecteur CD frontal et commandes au volant, la climatisation automatique à régulation électronique, les sièges avant chauffants, le capteur de pluie, les lave-phares haute pression, des jantes alu de 16 pouces…
Et la liste de cette dotation est encore longue et assez suffisante pour répondre aux besoins des plus exigeants. On pourrait en dire autant sur le chapitre des motorisations…
En effet, pas moins de cinq blocs peuvent animer la S60, qui ne jure justement que par des cinq cylindres. Du 2.0 T de180 ch au 2.4 l T5 de 260 ch, en passant par le 2.5 l T de 210 ch ainsi que le diesel common rail D5 de 163 ch… Bref, que du beau linge pour offrir à cette Suédoise une bonne dose de caractère, alors qu’elle peut carrément «s’endiabler» si l’on opte pour la version R, qui reçoit l’exclusivité d’un 2.5 l poussé par un turbocompresseur à 300 ch et transmettant cette forte cavalerie aux quatre roues. On retiendra au passage qu’en vertu de leur puissance, les versions 2.4 T5 et R ont aussi l’apanage du châssis actif «Four-C», qui intègre un système dynamique d’amortissement piloté, offrant au conducteur le choix entre deux lois de suspension : fermes (Sport) ou souples (typées Confort). Enfin, énième argument (et non des moindres), à faire valoir par cette Suédoise, ses prix qui démarrent à partir de 385.000 Dhs pour la version 2.0 T et jusqu’à 604.000 Dhs pour la S60 R, tandis que le Diesel D5 s’affiche à 415.000 Dhs. Forte d’une gamme tarifaire aussi compétitive, cette routière semble plutôt bien positionnée par l’importateur marocain de Volvo et a largement de quoi convaincre une certaine clientèle à contourner l’étoile.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *