Essai BMW 328i : Vive le downsizing !

Essai BMW 328i : Vive le downsizing !

Beaucoup de puristes ne veulent pas entendre parler de downsizing mais par moments sur certains véhicules cela ne prête vraiment pas à la critique. C’est notamment le cas de la nouvelle Série 3 avec son 4-cylindres turbo qui développe 245 chevaux, autant dire que même les adeptes du 6-cylindres en ligne, ne resteront pas indifférents. A la découverte d’une 328i démoniaque qui nous a offert de belles sensations. Attachez vos ceintures, ça va décoiffer !
Une BMW sur trois vendues est une Série 3, alors c’est tout naturellement qu’elle tient une place de choix dans la gamme de la marque bavaroise. Présentée en début d’année, la 6ème génération a, une fois encore, séduit les adeptes de la marque grâce à son évolution, certes, mais aussi à son côté conservateur en reprenant certains éléments qui font son succès de génération en génération et qui lui ont permis de se vendre à plus de 12 millions d’unités depuis 1975. Forcément face à une telle voiture, tout le monde veut faire partie de l’aventure ne serait-ce que l’espace d’une journée en la prenant en main. Quand nous avons contacté Smeia, importateur exclusif de la marque au Maroc, pour essayer la F30, nous étions loin de nous douter qu’ils mettraient à notre disposition la 328i finition Sport. Et pourtant !
Au moment de découvrir notre carrosse de la journée, nous avons eu un avant-goût à travers la clé avec des touches de rouge, que l’on retrouvera plus tard dans l’habitacle. Dans une belle robe noire, la F30 revendique son côté classique et élégant, certes, mais également sportif. Pour cette nouvelle génération, BMW a revu quelque peu la ligne de son best-seller avec notamment un capot plus plongeant qui la distingue de ses devancières ainsi qu’un profil plus marqué qui fait davantage ressortir sa silhouette. A l’avant, pour la première fois, les phares viennent se coller au haricot central qui a également été revu pour afficher plus de profondeur que par le passé. Chaussée de jantes en alliage léger de 18’’ à rayons doubles, elle confirme ses intentions sportives.
A l’arrière, si la sportivité est représentée par l’embout d’échappement en chrome noir et la présence du sigle 328i, c’est plutôt le classicisme qui prime. En effet, le dessin de la poupe a évolué mais reste fidèle aux codes chers à la Série 3. Pour les feux, la F30 comme sa grande sœur F10, opte pour ceux en forme de L à Leds qui distinguent les modèles de la marque à l’hélice.
Dans l’habitacle, cette finition Sport réserve de bien bonnes surprises au conducteur et ses passagers. En cuir Dakota noir, les sièges Sport offrent au conducteur tout le confort et le maintien dont il a besoin pour la prise en main de cette belle bête. Pour contraster avec le noir, extrêmement présent dans l’habitacle, des touches de rouge ont été subtilement ajoutées avec notamment des surpiqûres sur les sièges et le volant multifonction à 3 branches. La qualité de finition et de présentation ne laisse pas indifférent tant l’ensemble est harmonieux et surtout plaisant que ce soit à regarder ou toucher. Sur notre voiture d’essai l’iDrive était de la partie, avec ses différentes fonctions, notamment l’affichage des parties les plus sollicitées au moment du changement du mode de conduite. La conduite justement, le meilleur pour la fin !
Le ton est donné dès le démarrage avec une belle sonorité, certes, ce n’est pas celle d’un 6-cylindres, mais le 2.0 turbo de la nouvelle 328i s’en sort avec les honneurs. Le 4-cylindres Twin Turbo développe tout de même 245 chevaux, qui ne nous ont pas déçus, loin de là. Pour commencer en douceur, nous avons opté pour le mode EcoPro. Un mode auquel BMW a réservé une communication spécifique, réduction de consommation et d’émission de CO2, obligent. En effet, il compte notamment sur l’optimisation des passages de rapport et de la récupération d’énergie au freinage pour permettre à la 328i d’afficher des consommations contenues. D’ailleurs le conducteur peut garder un œil sur la récupération d’énergie sur son tableau de bord. En passant au mode Confort, la nouvelle Série 3 révèle au grand jour les réglages apportés au châssis pour justement offrir un niveau de confort jamais atteint par les générations précédentes.  Mais il ne faut pas oublier que c’est une 328i qui loge 245 chevaux sous son capot et qui ne demandent qu’à être lâchés. Pour cela, le mode Sport semble plus adapté. En effet, une fois enclenché, la voiture en est transformée et le dynamisme prend le dessus sur le confort. Le Twin Turbo fait ses preuves dès les premières accélérations en nous collant bien au fond du siège. Notre véhicule d’essai était doté de la fameuse boîte auto ZF à 8 rapports avec palettes au volant qui nous ont permis de passer un agréable, ou plutôt sensationnel, moment au volant de la Série 3. Disponible dès 1250 tr/min le 4-cylindres nous a obéit au doigt et à l’œil à chaque contact avec les palettes et nous offrait de belles mélodies dès qu’il montait dans les tours. Encore plus radical, le mode Sport+ déconnecte automatiquement l’ESP pour laisser place à de belles chorégraphies, qu’il ne serait sage d’exécuter que sur circuit. Il faut avouer qu’après de telles sensations, c’est à contre-cœur que nous avons ramené la 328 i à la concession. Mais nous n’avions pas vraiment le choix ! Pour ceux qui souhaitent acquérir la nouvelle F30 dans cette configuration, il faut débourser un peu plus de 500.000 DH mais pour la 320d elle est accessible à partir de 423.000 DH.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *