Essai Jeep Renegade: Un bien viril étasunien

Essai Jeep Renegade: Un bien viril étasunien

En tout cas, si côté look son air de parenté avec la Willys n’est guère à occire, les aptitudes de la Renegade démontrent son indéniable appartenance à la lignée de son aïeule dont elle porte le code génétique. Pour avoir essayé la Jeep Renegade en off road sur les sentiers tortueux de l’arrière campagne milanaise en Italie, mais aussi sur les autoroutes jouxtant son site de production à Balocco, nous sommes forcés de reconnaître que cette petite 4×4 s’est montrée incollable aussi bien sur le bitume que sur les chemins de traverse.
 
Un baroudeur qui se revendique…

Avant de tourner les clés pour démarrer le moteur de ce curieux SUV à la bouille sympathique, faisons un tour de propriétaire. De prime abord, la Renegade fait penser à un Wrangler, mais en plus petit. Il faut dire que le véhicule se positionne comme la porte d’entrée de Jeep sur le segment des SUV urbains. Pourtant, il ne ressemble pas aux autres petits SUV purement routiers qui fleurissent en ville. Si ses dimensions sont plus réduites que celles du SUV compact de la marque, le Compass, la Renegade n’en demeure pas moins une baroudeuse qui se revendique avant tout comme tel. Partageant sa plate-forme avec le futur Fiat 500X, elle arbore un mix de lignes à la fois courbes et carrées, mais très Jeep. Elle reprend d’ailleurs les lignes stylistiques très viriles de la Jeep Willys née en 1941 (surtout sur notre véhicule d’essai de couleur kaki !). On retrouve ainsi les fameux phares ronds, mais aussi un toit haut perché (1,67 m) et la fameuse calandre droite à ouïes verticales qui tranche avec celle plissée du Cherokee. D’épaisses protections noires courent d’un bouclier à l’autre.

Vous avez dit espace?

A coup sûr, en usage urbain notre petit 4×4 américain ne passe pas inaperçu. En témoignent d’ailleurs les regards furtifs mais non indifférents de certains passants dans les villages italiens que nous avons traversés. Le SUV s’adresse à ceux qui veulent rouler différent, mais aussi à ceux qui n’hésitent pas à tenter les échappées belles, ni à rechercher l’aventure le temps d’un week-end ou lors des vacances. D’un gabarit compact (4,24 m), il s’avère plutôt pratique en ville. En rang arrière, l’espace est vaste, avec une banquette qui pourrait accueillir sans problème trois adultes. Le dossier avant droit est rabattable.

Le coffre n’est pas du tout exigu et offre une capacité de 351 litres (870 litres quand la banquette arrière est rabattue). Le véhicule de notre essai affiche 22 cm de garde au sol (18 et 20 cm pour les versions 4×2), ce qui est normal pour un 4×4. Elle arbore également de larges débattements de suspensions (20 cm à l’arrière). Nous avons essayé la version Limited en diesel. La base Sport est complétée par les niveaux Longitude, Limited Advanced Technologies, Trailhawk et Trailhawk Advanced. A cela se rajoute la série de lancement «Opening Edition», proposée seulement en diesel via deux motorisations 1,6 litre diesel Multijet 120 chevaux 4×2.

Pour la route et pour les ballades bucoliques…

A l’intérieur, même son de cloche. L’héritage Willys est bien là avec une mention gravée en haut de la console centrale : «Since 1941». Nous démarrons la machine et nous enchaînons les premiers kilomètres. La Renegade s’avère plutôt bon voyageuse. Elle aime même la route ! Sur bitume, le roulis est maîtrisé et les suspensions sont plutôt confortables. Doubler sur l’autoroute est un jeu d’enfant : la reprise est disponible même à grande vitesse. Nous décidons de tester la bête sur des sentiers moins battus, et là nous sommes agréablement surpris par les capacités off road du SUV. Un point marqué contre la concurrence qui destine généralement ses SUV à des usages plus urbains. La Renegade fait fi des difficultés de terrain et on le dirait capable presque de grimper aux arbres ! Elle bénéficie sur notre modèle du blocage de différentiel central, quatre voire cinq modes de réglages de la motricité en fonction de la nature du sol (boue, neige, sable…), du contrôle de vitesse en descente et bien d’autres «joujous» très pratiques lorsque l’on prend la clé des champs.
 
Disponible uniquement en diesel au Maroc

A l’international, pas moins de 16 motorisations sont annoncées pour la Renegade. Néanmoins, les blocs destinés au marché européen sont au nombre de six. On y retrouvera une motorisation essence 1,6 litre E.TorQ de 110 chevaux, et le 1,4 litre MultiAir de 140 et 170 équidés. Au Maroc, c’est en diesel que les modèles seront disponibles.

Le choix sera réservé entre les 1,6 litre MultiJet 120 ch et le 2,0 litres MultiJet en configurations 140 et 170 chevaux. Ces deux derniers blocs, avec l’essence 170 ch, seront les seuls à accueillir la transmission 4×4 «Jeep Active Drive». Les consommations moyennes ont de 4,6/5,1/5,9 l/100 km sur les diesel 120/140/170 ch, et de 6,0 l/100 km sur l’essence 140 ch. Les prix au Maroc pourraient débuter à 235.000 dirhams.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *