Essai Renault Captur : Du sex-appeal à revendre !

Essai Renault Captur : Du sex-appeal  à revendre !

Vous voulez un crossover urbain au design sexy et à la bouille mignonne ? Renault l’a fait ! Le Captur, s’il plaît de prime abord pour sa plastique qui sort du lot, cache également d’autres atouts sous sa houlette. Il s’agit de sa sobriété imparable, de son espace à vivre plutôt agréable et de sa connectivité dans le coup (système multimédia R-Link oblige !). En tout cas en Europe, le Captur a su «capturer» une clientèle importante. Il paraît que pour le produire, l’usine de Valladolid en Espagne tourne à flux tendu pour suivre la cadence.
 

Plus grand qu’un Modus, plus haut qu’une Clio…

Avant de passer au volant de la bête, faisons le traditionnel tour du propriétaire. Le Captur revendique son appartenance urbaine de par sa longueur (4,12 m). Il reste toutefois largement plus long que le Modus (+ 25 cm), mais également plus petit qu’un Scénic (-25 cm). Ce crossover ressemble également à l’extrapolation de la Clio de dernière génération, mais avec des lignes plus viriles. Sa hauteur est, par exemple, supérieure de 12 cm par rapport à une Clio, tandis que sa longueur la dépasse de 6 cm, pour une largeur qui prend 8 cm de plus. La cosmétique du Captur, pour sa part, ne laisse guère indifférent, avec des courbes plutôt avenantes. L’originalité est également ressentie à l’intérieur avec les inserts colorés et un écran tactile de 7 pouces. La boîte à gants offre une capacité de 11 litres. Derrière, on est parfaitement à l’aise et l’espace ne manque pas. Grâce à sa banquette arrière coulissant sur 16 cm, le volume de chargement oscille entre 377 à 455 litres. Trois versions sont disponibles pour ce modèle: on retrouve la version Life qui démarre à 168.000 DH, la version Explore qui commence à 180.900 DH et la version Intens qui débute à 193.900 DH.

Appétit de moineau…

Nous démarrons le moteur (le bouton Start se trouve en bas à droite de l’écran central, une originalité de plus !). Sur la route, la hauteur du crossover ne pénalise guère la tenue de route avec l’absence de sensation de roulis. Le confort est là et l’on se sent tout de suite bien lové dans son siège. Urbain farouche, le Captur se dote d’une direction particulièrement précise et souple. Revendiquant encore plus son urbanité, le crossover reste une traction et non un 4×4.

Sur notre version d’essai (dCi 85 pourvue de la boîte automatique à double embrayage «EDC»), les passages de vitesses se faisaient automatiquement (ou manuellement grâce aux palettes sur le volant). Pour doubler, les reprises étaient au rendez-vous, même avec la 6ème vitesse enclenchée (sur voie rapide). A aucun moment notre véhicule ne s’est montré goulu ou gourmand. Au chapitre consommation d’ailleurs, vous pouvez indifféremment choisir entre le bloc essence TCe 120 chevaux (dont la consommation moyenne se situe à peine à 4,4 l/100 km) ou le bloc diesel 1,5 dCi 85 (5 litres aux 100 km). Une sobriété obtenue grâce à des rapports de boîte de vitesses qui favorisent les basses consommations.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *