Essai Renault Talisman : Amulette anti-concurrence !

Essai Renault Talisman :  Amulette anti-concurrence !

Il s’agit de la toute nouvelle Talisman que nous avons eu le plaisir d’essayer sur les pittoresques chemins de la campagne Toscane en Italie. Le moins que l’on puisse dire c’est que nous avons été délicieusement envoûtés par l’action magique dont nous a imprégnés le porte-bonheur de la firme française. Sa commercialisation au Maroc et son prix n’ont pas été communiqués pour le moment, mais nous vous en tiendrons informés sur nos colonnes. Voici les résultats de notre essai.

Un modèle fétiche pour le losange

Comme son nom l’indique, la Renault Talisman est d’emblée conçue pour connaître un chanceux destin ! Première bonne vibration ressentie en l’approchant, son physique avenant qui nous a presque immédiatement fait de l’effet. Très élancée, la Talisman est plus grande de 15 centimètres que la Laguna. On reconnaît de loin la signature de Laurens Van den Acker, directeur du design industriel de la marque au losange. En termes cosmétiques donc, on est tout de suite interpellés par cette calandre massive et robuste, où trônent des feux à LED diurnes. Les lignes sont plus modernes et plus dynamiques, tandis que la silhouette offre un profil de coupé. Et pour cause, le hayon a été supprimé pour revenir à la malle séparée.

Premium à bord

A son bord, la finition respire la qualité et le sérieux, avec un tableau de bord aux matériaux nobles et agréables. Le fait que ce soit une grande voiture, confère de l’espace à volonté au conducteur comme aux passagers, aussi bien au niveau de l’espace aux jambes que de la garde au toit. Le coffre de 608 litres s’affiche en tant que champion de la catégorie. Nous sommes délicieusement lovés dans notre siège conducteur en train d’écouter Radiohead. Des décibels rock que nous renvoie allégrement l’installation Bose qui équipe le véhicule. Démarrage du moteur sans clé, le silence est d’or car aucune vibration à l’intérieur de l’habitacle ne vient perturber notre quiétude. Renault a accompli des efforts non négligeables en termes d’insonorisation.

Intuitive jusqu’au bout des jantes

La prise en main se fait de façon intuitive dès les premiers kilomètres. Le véhicule se laisse guider. Il tient bien le pavé et offre une étonnante stabilité même sur route mouillée ou lors de manœuvres pour éviter un nid-de-poule. Il faut dire que comme sur l’Espace, il est équipé de 4 roues directrices. De fait, les roues arrière tournent en même temps que les roues avant. En dessous d’une certaine vitesse (50 km/h en Éco, 60 en Neutre et 80 en Sport), les roues arrières tournent dans le sens opposé des roues avant. Au-delà de ces vitesses, le braquage devient parallèle. Tout ce dispositif permet à cette berline de 4,80m de braquer comme un charme en ville.

Deux blocs essence et trois diesel

Sous le capot, la marque au losange propose deux blocs essence (1.6 TCe 150 et 200) et un diesel en trois niveaux de puissance (1.6 dCi 110, 130 et 160). Pour avoir eu l’occasion d’essayer deux motorisations différentes (le 1.6 Tce 150 chevaux et le 1.6 dCi 160 chevaux).
Les deux blocs nous ont frappés par leur souplesse, leur silence et leur couple, surtout lorsqu’il s’agissait de doubler rapidement sur les cols de montagnes en montée et se rabattre à temps tandis que d’autres véhicules arrivaient en trombe en sens inverse.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *