Essai Volkswagen Golf : Une saga sans fin !

Essai Volkswagen Golf : Une saga sans fin !

Nous vous l’avons présentée il y a quelques jours lorsqu’elle a été dévoilée à la presse nationale. Le modèle mythique de Volkswagen qui en est aujourd’hui à sa 7ème génération qui rend hommage à ses ancêtres, a su allier passé et futur pour s’attaquer aux différents marchés internationaux. Après un premier contact, plutôt superficiel, nous avons eu le temps de faire ample connaissance la semaine dernière. Quoi de mieux que de passer une journée au volant d’une voiture pour la découvrir ? C’est tout naturellement ce que nous avons fait avec cette nouvelle Golf. Ready to go ?
Lancée il y a quelques jours sur notre marché, la 7ème génération de la Golf n’a cessé de faire parler d’elle depuis. Le modèle-phare de la firme de Wolfsburg est revenu sur le devant de la scène comme s’il ne l’avait jamais quittée. Assurant la continuité d’une saga qui dure depuis près de 40 ans maintenant, le 7ème opus joue subtilement entre passé, présent et futur. Un look toujours conservateur, des technologies avancées et des ambitions dans l’air du temps, tels sont les points forts de cette nouvelle Golf qui a toujours un public aussi fidèle, depuis les premières générations. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que Volkswagen dit d’elle que c’est Das Auto ! Un avis que semble partager la sphère automobile également, au vu des récompenses que l’allemande a reçues depuis sa présentation internationale. Pour notre essai, C.A.C, importateur exclusif de Volkswagen au Maroc, a mis à notre disposition un véhicule qui est loin de passer inaperçu, grâce avant tout à sa couleur rouge mais aussi à ses différents stickers. Une invitation à l’essai qui ne se refuse pas. Ayant sa propre identité et son style qui a traversé les différentes générations, la Golf qui est reconnaissable dans une sphère automobile où les modèles se ressemblent, se permet même un clin d’œil à la première et quatrième générations. Avec son imposant logo central, l’allemande prône la simplicité, notamment à l’avant à un moment où certains constructeurs optent pour des calandres plus ou moins extravagantes. Avec ses lignes dynamiques, accentuées par cette couleur rouge, elle affiche, certes, ses ambitions, mais n’en oublie pas moins de rester dans cet esprit de continuité et de simplicité que prône le modèle depuis ses débuts. La poupe est celle qui marque un certain changement par rapport aux anciennes générations mais les feux ne sont pas sans rappeler ceux du modèle précédent. Chaussée de jantes en alliage 16’’ Dover, la Golf est prête à se mêler à la circulation casablancaise. Mais avant cela un tour de l’habitacle s’impose. L’allemande respire la sobriété avec une qualité de finition qu’on lui connaît. Dans la version Highline que nous avons essayée, nous avons eu droit à des sièges en tissu dit Global avec des bandes centrales en Alcantara. Une association agréable à la vue et qui offre au conducteur et ses passagers des sièges design et au confort incritiquable. La console centrale, qui bénéficie d’une finition en Piano noir laqué, intègre le système Audio & Infotainment avec son écran tactile de 5,8’’ qui est extrêmement pratique. En effet, au simple toucher vous pouvez aussi bien changer de station radio que de jeter un coup d’œil sur les informations concernant le prochain service ou encore activer ou désactiver les différents systèmes de conduite à l’instar du système de détection de fatigue. Toujours aussi habitable et offrant la possibilité de rabattre la banquette arrière, l’allemande invite au voyage. Une invitation à laquelle les Marocains ne sont pas restés de marbre.
Animée par le 2,0 TDI développant 110 ch, que les Marocains connaissent déjà, la nouvelle Golf se montre agréable à conduire que ce soit en ville ou en dehors. Dans les petites rues étroites et encombrées de Casablanca, sa maniabilité et la précision de sa direction électromécanique à assistance variable, font qu’elle s’en sort avec les honneurs. Sur autoroute, elle se campe sur ses roues pour offrir la stabilité dont le conducteur a besoin. La boîte de vitesses à 5 rapports, grâce à son étagement, ne laisse aucun temps mort entre les rapports et permet, ainsi, à la voiture de répondre aux sollicitations du pied droit de son conducteur. Si le moteur se fait entendre quand il monte dans les tours, chose logique pour un diesel, cela n’est pas aussi gênant que cela.
Un look ayant traversé les années, une finition toujours de qualité, un comportement routier qui ne prête pas vraiment à la critique, la Golf semble encore bien partie pour un succès qui durera de longues années. Notre version d’essai est commercialisée à (clés en main) 277.104 DH, un autre atout qui vient s’ajouter à la longue liste de l’allemande. La saga continue et le public est toujours là. Une histoire d’amour comme on n’en fait plus !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *