Familles, je vous aime !

Familles, je vous aime !

En 2002, la Toyota Corolla Verso avait déjà tenté d’emboîter le pas aux Renault Scénic et autre Citroën Picasso, pour ne citer que ces deux références du segment des monospaces compacts. Deux an après, le constructeur nippon revient à la charge en renouvelant de fond en comble cette variante familiale, extrapolée de la Corolla. Un modèle que Toyota Du Maroc a enfin décidé de commercialiser et ce à l’occasion de l’Auto-Expo, soit une semaine avant son lancement commercial sur les principaux marchés européens. Plus proche d’un break compact que d’un monospace, la Corolla Verso est en fait une combinaison des deux, un «breakospace».
Une famille de véhicules dans laquelle on trouve notamment la Peugeot 307 SW, le Kia Carens ou encore la Honda Stream. Leur particularité et leur point commun : offrir un habitacle de monospace, avec notamment sept places, dans une architecture extérieure proche du break. Et à ce niveau-là, la Corolla Verso oppose un style aussi consensuel qu’original face à ses rivales européennes. Normal, puisqu’elle a été dessinée au centre de style de Toyota, basée à Nice en France. C’est là-bas que les designers se sont attelés à lui donner un look bien dans l’air du temps. Pour la face avant : capot bombé, phares étirés vers le haut, calandre stylée et prise d’air béante sur le bouclier. Et pour la partie arrière : hayon vertical à lunette en V et feux translucides sur fond habillé de chrome. Sur les côtés, les vitres de custodes triangulaires allègent l’aspect massif du véhicule, tandis que la ceinture de caisse haute et les passages de roue proéminents dégagent une impression de solidité.
La ligne fuyante du pavillon, elle, contribue au dynamisme de la Verso. Un dynamisme qui n’est pas uniquement visuel, mais se vérifie aussi en soufflerie avec des valeurs aérodynamiques, plutôt bonnes dans la catégorie (Cx de 0,30). Pourtant, cette nippone culmine à 1,62 m et s’étire sur 4,36 m, dont 2,75 m vont à l’empattement (distance entre les deux roues). Ces proportions permettent en tout cas d’obtenir un habitacle vaste et favorisant le volume de chargement et l’implantation de deux sièges supplémentaires. Ces derniers, comme ceux de la deuxième rangée, se replient facilement dans le plancher du coffre qui devient alors parfaitement plat. Pas même besoin de retirer les appui-tête ! Idem pour les redresser : il suffit simplement de tirer sur une manette au dos de chaque siège pour le faire réapparaître.
Pour y accéder, l’assise de chaque siège du second rang peut coulisser sur plus de 20 cm, tandis que son dossier est inclinable. Là encore, c’est plus qu’une question de flexibilité : un vrai jeu d’enfant ! Mais c’est justement à des enfants que ces places de fond conviennent le plus, puisqu’elles disposent d’un espace aux jambes plutôt compté pour des adultes. Mais surtout, le coffre qui cube en conditions ordinaires (cinq places) près de 400 litres, affiche un volume rikiki d’environ 60 litres dans cette configuration sept places. Autrement dit, entre bagages ou famille, il faudra choisir… Ceci étant, ces sièges d’appoint serviront, le plus souvent, à transporter des passagers pour des trajets courts ou quotidiens, tels que le ramassage scolaire par exemple. Et puis, la modularité de l’ensemble laisse le choix d’une solution intermédiaire : six places !
Dans tous les cas de figure, les places avant sont en revanche plus accueillantes et le conducteur a droit à une parfaite position de conduite et à une ergonomie sans faille : levier de vitesse surélevé, accoudoirs réglables, commandes au volant (lui-même réglable) et compteurs rétro-éclairés. Ces derniers, comme la présentation et les matériaux de la console centrale, sont traités façon Lexus. C’est un brin futuriste, à l’image du démarrage par clé électronique et bouton poussoir. L’habitacle fait la part belle aux rangements, se pare de quelques inserts de chrome et ne suscite aucune critique quant à la qualité des matériaux utilisés. Au chapitre des équipements, deux niveaux sont proposés : Terra et Sol. Le premier équivalent à la dotation de base ne manque déjà de rien : ABS avec EBD (répartiteur de freinage) et BAS (freinage d’urgence), TRC (contrôle de traction) et VSC (contrôle de stabilité), airbags frontaux et latéraux (et un cinquième de genoux pour le conducteur), climatisation, radio CD à 6 HP, ordinateur de bord… rien ne manque ! Le second reste l’apanage de la version Diesel, qui à n’en pas douter, sera la plus plébiscitée sur notre marché. Car, mécaniquement, le choix est offert entre l’essence 1,6 litre VVT-i de 110 ch et le 2 litres D-4D (Diesel common rail) de 116 ch.
Enfin, les prix s’annoncent très compétitifs : 199.900 DH pour la version essence et 224.900 DH pour le Diesel. Pour ce dernier, la version Sol va loin dans sa livrée (clim automatique, airbags rideaux, détecteur de pluie, régulateur de vitesse, barres de toit, jantes alu…), le tout pour 257.900 DH. Du coup, cette Corolla à rallonge semble bien armée pour s’attaquer sans vergogne à ses concurrentes directes précitées, mais également à des monospaces compacts de références comme l’Opel Zafira ou le Volkswagen Touran. Bref, la Verso paraît comme une incursion réussie dans le club des «7» et, en tout cas, promise à la curiosité des visiteurs, dans deux jours lors l’Auto-Expo.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *