«Fiat atteindra son objectif»

«Fiat atteindra son objectif»

ALM : Après la cessation de votre activité de montage à la Somaca, il y a bientôt un an, quel bilan commercial faites-vous à moins de 3 mois de la fin 2004 ?
Bruno De Mori : Effectivement, nous avons cessé l’activité industrielle le 31 décembre 2003, pour les raisons que nous avons plusieurs fois expliquées, ainsi que la commercialisation des véhicules montés au Maroc, qui furent tous vendus à fin février 2004. A partir du mois de mars, nous avons commencé la commercialisation d’une toute nouvelle gamme, complètement restylée et mieux équipée avec un positionnement prix toujours aussi compétitif. Nous avons complété la gamme en septembre avec la nouvelle Uno et le Fiorino qui est un VUL (NDLR : Véhicule utilitaire Léger). L’objectif commercial que nous nous sommes fixé pour cette année de transition est en passe d’être atteint, surtout que la nouvelle Uno, qui est un best-seller au Maroc, dépasse de loin nos prévisions de ventes, alors que la communication sur ce produit ne commencera que mi-octobre.
Justement, ne trouvez-vous pas que la Fiat Uno est un peu chère?
Abstraction faite que ce modèle est extrêmement apprécié pour sa fiabilité, sa fonctionnalité, son faible coût d’entretien et sa faible consommation, c’est de loin la voiture la moins chère de sa catégorie, que ce soit en version essence ou diesel. Les prix hors TVA de la nouvelle Uno n’ont presque pas subi d’augmentation alors qu’elle s’acquitte des 32,5% de droit de douane dont était exonérée sa devancière, montée au Maroc. Nous avons fait un effort important pour la mettre à ce prix et nous avons été récompensés par le nombre important de commandes que nous avons enregistré un mois et demi seulement après son lancement, a tel point que le stock de lancement qui était de quelques centaines d’unités a été épuisé en moins d’une semaine et nous avons un portefeuille client très important en attente d’être livré ce mois.
La Panda, élue «Voiture de l’année 2004» en Europe ne rencontre pas au Maroc le succès qu’elle mérite. Pourquoi ?
Avant 2004, le segment A dont la Panda fait partie était quasi inexistant. Il n’a commencé à ce développer au Maroc qu’à partir de cette année et nous estimons qu’il finira l’année à 500 voitures au maximum, toutes marques confondues. Ce qui est très faible.
Concernant la Panda spécifiquement, nous l’avons commercialisée à son lancement à l’occasion de l’Auto-Expo de Casablanca, mais uniquement en version essence. Le diesel ne sera disponible qu’à partir de mars 2005, sachant que cette motorisation représente 70% des ventes au Maroc. Nous sommes sûrs que lorsque nous aurons la gamme complète, la Panda aura le même succès que celui qu’elle rencontre en Europe.
N’est-il pas temps de capitaliser et de se focaliser sur la gamme européenne de Fiat ?
Le choix de la gamme à commercialiser au Maroc se fait en fonction des attentes de la clientèle marocaine. Nous lui proposons des véhicules adaptés à ses besoins, en lui offrant les meilleurs rapports qualité/prix.
Nous avons la chance d’appartenir à un groupe automobile qui a des sites de productions dans plusieurs pays dans le monde, ce qui nous donne un grand choix de modèles.
Dans la lancée du renouvellement que nous avons initialisé il y’a six mois, nous aurons l’introduction de la Fiat Idea et du nouveau Multipla au courant du premier trimestre 2005.
Qu’en est-il du lancement de la gamme Lancia au Maroc ?
Lancia sera disponible sur le marché marocain courant 2005. Elle nous permettra d’être présent dans le très haut de gamme, surtout que depuis deux ans nous assistons à la naissance de plusieurs nouveautés, aussi réussies les unes que les autres. C’est le cas de la Thésis, de l’Ypsilon et plus récemment de la Musa.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *