Fiat bicylindre Twin Air : aux limites du «downsizing»

Fiat bicylindre Twin Air : aux limites du «downsizing»

Au 80ème Salon de l’Auto de Genève qui a fermé ses portes le week-end dernier, Fiat Group Automobiles exposait en avant-première mondiale son tout dernier bijou mécanique: le Twin Air. Qu’est-ce au juste ? Un moteur qui reprend à son compte la technologie dite MultiAir et récemment mise au point par les ingénieurs de Fiat et inaugurée par l’Alfa Romeo MiTo. Sauf que là, il ne s’agit ni d’un quatre-cylindres, ni même d’un «trois-pattes», mais bien d’un bicylindre ! Non, non il n’est pas destiné à propulser une moto ou un vélomoteur, mais bien une quatre-roues. Une automobile, une vraie. Pour cela, ce petit bloc qui ne cube que 900 cm3 de cylindrée, combine astucieusement les avantages de la suralimentation à la technologie MuiltiAir. Le tout, intégralement géré par l’électronique. Résultat : il développe trois niveaux de puissance (65, 85 et 105 chevaux) pour des valeurs de couple assez élevées, mais non communiquées par le constructeur italien. Ce dernier explique en tout cas que son nouveau moteur associe au MultiAir «une dynamique des fluides spécifique et optimisée pour obtenir le maximum de rendement de la combustion». Puis surtout, le Twin Air avance parmi ses qualités une réduction allant jusqu’à 30% des émissions de CO2 par rapport à un moteur ayant une puissance identique. Même la consommation devrait suivre et diminuer, puisque ce bloc est plus compact et plus léger qu’un moteur traditionnel. Développé par Fiat Power Train (division motoriste de Fiat), le Twin Air sera étrenné dès la prochaine rentrée (en septembre donc) par la 500. Le choix de ce modèle est loin d’être fortuit, puisque la Fiat 500 originale était animée d’un bicylindre. Les plus nostalgiques s’en souviennent probablement encore. Et justement, ces moteurs avaient fini par être abandonnés et ce, du fait de leur deux principaux défauts : leur niveau sonore et leur excès vibratoire. Sans compter une fiabilité parfois aléatoire…
Des écueils assurément levés par le groupe Fiat qui, voilà maintenant un bon moment, produit des autos de bonne qualité.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *