Fiat Punto Evo : de l’air frais à tous les degrés

Fiat Punto Evo : de l’air frais à tous les degrés

Plutôt qu’à la Cinquecento, c’est à la Grande Punto que Fiat doit une fière chandelle. Car, bien avant le revival de la 500 et le succès mondial qui s’en est suivi, c’est grâce à la plus grande de ses citadines que le groupe turinois avait pu redresser la barre, il y a maintenant une demi-décennie. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts. Le groupe dirigé par Sergio Marchionne se porte mieux, tandis que la Grande Punto, bien que toujours dans l’air du temps, a dû céder sa place à sa remplaçante, presque éponyme. «Presque», car cette nouvelle mouture, qui résulte en fait d’un profond restylage de milieu de vie, a été rebaptisée Punto Evo. Ce dernier substantif pour lequel le constructeur italien a opté en référence à son acception latine (époque), a été utilisé par sa filiale marocaine, Fiat Group Automobile Maroc (FGAM), pour renvoyer plutôt à l’évolution. C’est de bonne guerre lorsqu’on voit combien cette turinoise a évolué. Au-delà d’un simple coup de pinceau…

Tout est dans l’air !
D’abord sur le plan esthétique. Exit la face avant d’inspiration «maseratiste» et place à un regard inédit, mais non moins original. Un regard qui, par son imposante bande chromée qui traverse une calandre grande ouverte, dégage un semblant de modernité et une impression de solidité. Plus incliné, le logo de Fiat est mis en relief par une fine lame de chrome, laquelle pourrait traduire une certaine montée en gamme. C’est ce même constat auquel renvoient les évolutions de la poupe, mêmes si celles-ci se limitent principalement au traitement des feux arrière. Toujours verticaux , mais inédits, ces blocs adoptent un habillage translucide qui marque le pas avec l’ancienne mouture. Toujours par rapport à cette dernière, les dimensions extérieures restent quasi-inchangées, exception faite de la longueur totale qui atteint 4,06 mètres, soit 3 cm de plus. De ce fait, la Punto Evo conserve ainsi son statut de voiture la plus grande de son segment.

Une grande bouffée d’air
À bord du véhicule, les changements sont légion. Planche de bord redessinée, dotée d’habillages inédits et de matériaux de meilleure qualité, nouveaux motifs de sellerie, console centrale réaménagée ou encore, une instrumentation revisitée (compteurs aux graphiques inédits)… Autant de détails qui font que l’ambiance intérieure a bel et bien évolué. Toujours à ce niveau, le constructeur souligne par ailleurs que «le changement ne concerne pas seulement l’aspect, mais aussi l’ergonomie». Dans ce même sillage, remarquons que l’auto a droit à un peu plus d’espaces de rangement, ainsi qu’à une version améliorée du système Blue&Me, dont la prise USB est désormais située au pied de la console centrale. Pour rappel, le «Blue&Me» n’est autre chose qu’une interface multimédia, autrement plus évoluée qu’une traditionnelle installation Bluetooth pour téléphone, puisqu’elle intègre aussi une reconnaissance vocale, ainsi qu’une prise USB compatible avec fichiers et baladeurs MP3 (iPod inclus). Outre l’adoption d’un airbag de genoux côté conducteur (ou conductrice), qui porte à 7 le nombre de coussins gonflables dès le second niveau, l’équipement s’enrichit aussi d’une aide de démarrage en côte (Hill Holder). Des améliorations d’ordre technique, à l’image de ce qui loge sous le capot…

«De l’air pour économiser de l’essence»
Tel était notre titre, il y a plusieurs mois (Cf numéro 1882), concernant un article explicatif (rubrique High-Tech) sur les bienfaits du MultiAir, le tout nouveau moteur de Fiat. Développé par la division mécanique du groupe (Fiat Powertrain Technologies), ce bloc essence constitue la principale nouveauté au catalogue de cette citadine. Grâce à sa technologie révolutionnaire et notamment son système de commande électro-hydraulique des soupapes d’admission, lequel optimise le remplissage en air en phase de combustion, cylindre par cylindre et temps par temps (selon les sollicitations du conducteur), le 1.4 litre MultiAir offre un bon rendement. Dans sa puissance de 105 chevaux, il brille ainsi par une consommation mixte de seulement 5,7 l/ 100 km. Essence toujours, le petit 1.2 l de 65 ch assure le ticket d’entrée, tandis que trois autres moteurs constituent l’offre diesel de la Punto Evo. Il s’agit en fait, du nouveau 1.3 litre Multijet (deuxième génération du JTD) décliné en deux puissances (75 et 90 ch), ainsi que le 1.6 Multijet de 120 ch. Ce dernier fait de la Punto Evo la citadine diesel la plus puissante de son segment. Cela, d’autant plus que cette version, la plus sportive de la gamme Punto Evo, est désormais disponible en carrosserie 5 portes.

Positionnée intelligemment
Voilà pour dire combien, une fois de plus, les marketeurs de FGAM ont bien travaillé. En témoignent aussi, les configurations d’équipements retenues pour ce modèle. Au programme : quatre finitions associées aux cinq motorisations, soit un total de sept versions. Passons en revue leurs principaux contenus… Dès le niveau de base (finition «Dynamic»), l’auto reçoit, entre autres, l’autoradio CD-MP3 commandé au volant, le système Blue&Me, les vitres avant et rétros électriques, ainsi que l’ABS avec répartiteur EBD et les trois airbags frontaux (têtes et genoux). Les dotations «Emotion» et «Racing», s’enrichissent notamment de la climatisation automatique bi-zone, du régulateur de vitesse, des jantes alu de 16 pouces, des airbags latéraux et rideaux, des antibrouillard avant avec la fonction «cornering» (éclairage dans les virages), ainsi que du contrôle dynamique de stabilité (ESP) couplé à l’antipatinage (AST/MSR). Mais si la finition «Emotion» ajoute quelques gadgets comme le capteur de pluie, le radar de recul, le rétroviseur électrochromatique (assombrissement automatique), la «Racing» met surtout l’accent sur le style extérieur avec, en guise de tuning soft, des phares avant à fond noirci, des rétros chromés, un spoiler arrière, des jupes latérales, ainsi que des seuils de portes en aluminium. Plus radicale, la livrée «Sport» mérite d’être l’apanage de la version Multijet de 120 ch. Et pour cause, elle s’adresse à une clientèle à la fois exigeante et particulière, en offrant –en plus de tout ce qui a été dit– une installation hi-fi supérieure avec amplificateur subwoofer et des jantes en alliage de 17 pouces, qui laissent entrevoir des étriers de frein rouges. Enfin, la Punto Evo a aussi le mérite de contenir ses tarifs dans une grille allant de 139.000 à 199.000 DH (voir encadré ci-dessous). Il est même question d’un prix de lancement ramené à 130.000 DH. Mais jusqu’à quand ? On l’ignore… Ce qui reste sûr, c’est qu’à ce prix là, la nouvelle Punto fait bien rimer «évo» avec «éco».


Toutes les versions, tous les prix

Punto Evo 1.2 ess 65 ch Dynamic    139.000 DH
Punto Evo 1.4 ess 105 ch Emotion    179.000 DH
Punto Evo 1.4 ess 105 ch Racing    179.000 DH
Punto Evo 1.3 Multijet 75 ch Dynamic……………154.000 DH
Punto Evo 1.3 Multijet 90 ch Emotion    194.000 DH
Punto Evo 1.3 Multijet 90 ch Racing    194.000 DH
Punto Evo 1.6 Multijet 120 ch Sport    199.000 DH
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *