Fiat Punto Evo : Toujours grande, mais plus évoluée

Fiat Punto Evo : Toujours grande, mais plus évoluée

Que pouvait-on découvrir, à Pise, de plus original que la célèbre tour inclinée ? Réponse: le Cavour. Un tout nouveau porte-avion de l’armée italienne, ancré dans La Spezia, l’une des petites baies de Toscane. Un gigantesque bâtiment naval, long de 244 mètres, pesant 27.500 tonnes et pouvant emporter chasseurs de pointe et hélicoptères militaires vers de belliqueuses missions. Mais pour nous autres journalistes ayant été invités à y séjourner, ce mastodonte des mers n’a servi que d’arrière-plan à la présentation de la Fiat Punto Evo. C’est bien suffisant pour impressionner la presse et prouver une énième fois la démarche originale du constructeur italien en matière de communication et d’évènementiel. Pourtant, durant ces deux jours passés en Italie, c’est bien la «nouvelle» Punto qui nous a le plus marqués. D’abord, par son style.
Sans qu’il s’agisse d’une évolution radicale, tout a changé dans la Punto… même le nom ! Désormais, il faudra l’appeler Punto Evo et apprécier ses évolutions de carrosserie. Le lifting infligé à la partie avant est plus que patent, avec une prise d’air en deux parties, ainsi qu’un logo placé plus haut et traversé horizontalement par une lamelle chromée. Seul bémol, la grande citadine de Fiat perd ce qui a fait tout son charme à son lancement : sa bouche d’inspiration «maseratiste». En revanche, elle devient plus stylée au niveau de la poupe, grâce à des feux revisités pour avoir un aspect segmenté et translucide du plus bel effet. À l’intérieur, les principaux changements se concentrent au niveau de la planche de bord, où l’on remarque notamment une instrumentation inédite. Cette dernière, entièrement redessinée, a également évolué, tant en qualité que par sa rigueur d’assemblage et de finition. Les versions les plus chics devraient plaire avec la façade noir laquée de leur console centrale. Ceci étant, Fiat annonce que toutes les versions profiteront des principales évolutions structurelles apportées à l’auto. D’abord, sur le plan sécuritaire, avec l’adoption de sept airbags, dont un pour les genoux du conducteur. Ensuite et surtout, sur le plan mécanique avec l’adoption du «Start & Stop», système qui coupe automatiquement le moteur (lorsqu’on s’arrête à un feu rouge par exemple) et le redémarre dès que l’on embraye pour passer la première. Associé à tous les moteurs de la gamme, ce gadget diminue légèrement les niveaux de consommation et de pollution. Mais la vraie innovation technologique qu’inaugure la Punto Evo, c’est son moteur essence «MultiAir». Il s’agit d’une motorisation de nouvelle génération qui profite d’une gestion électro-hydraulique des soupapes d’admission, ce qui –grâce à un contrôle direct de l’air injecté– permet un meilleur rendement mécanique (consommation maîtrisée) et un certain agrément de conduite. Nous en avons fait l’expérience à travers plusieurs kilomètres parcourus au volant de la version 1.4 MultiAir de 105 chevaux. Un bloc qui devrait, aux côtés du diesel 1.3 Multijet dans l’une de ses deux configurations de puissance (75 ou 90 ch), figurer dans la gamme importée de la Punto Evo. À ce sujet, la filiale marocaine du groupe turinois prévoit de lancer ce modèle au cours du premier trimestre 2010… à un prix, nous promet-on, très compétitif.


DNES en Italie
Jalil Bennani

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *