Ford Fiesta 1.2 l ess : Espace et polyvalence

Ford Fiesta 1.2 l ess : Espace et polyvalence

Il y a tout juste six mois, Scama, importateur de Ford au Maroc, n’avait plus de représentante dans le giron des citadines. Il y remédiera vers fin février, en proposant la nouvelle génération de la Fiesta. Celle-ci arrive avec autant d’ambitions que d’atouts pour se tailler une bonne place dans le marché très prisé et très juteux des petites voitures. Et des moyens, elle en a, à commencer par une ligne plus que sympathique, élégante.
Contrairement à sa devancière, la nouvelle Fiesta s’inscrit esthétiquement en adéquation avec le «New Edge Design», tendance chère à la marque à l’Ovale Bleue et déjà initiée par la Mondeo et la Focus. Le rapprochement avec cette dernière, la Fiesta le fait notamment à travers sa face avant, qui a, elle aussi, droit à des projecteurs anguleux (mais remontant dans le capot), une calandre cerclée de chrome (mais plus fine) et un bouclier enveloppant. Idem à l’arrière, avec des feux haut perchés, à l’instar de beaucoup de citadines actuelles, telles que les Fiat Punto et Panda par exemple. Mais en bonne voiture allemande, la petite Ford dégage une impression plus cossue, du fait notamment de ses passages de roues bien marqués et de ses voies larges, qui lui donnent l’impression d’être bien ancrée au sol. Si pour certains, la Fiesta passe pour une Focus en réduction, il n’en demeure pas moins vrai que son style général, en est moins extravagant. Plus sobre donc, mais pas moins séduisante, la Fiesta se veut avant tout un bon compromis pour une utilisation polyvalente en ville, offrant un bon rapport encombrement/habitabilité. Car outre un coffre de 284 litres (soit un volume dans la moyenne de ses concurrentes), la Fiesta a pour point fort son habitacle, l’un des plus spacieux de son segment. Mais tel n’est pas le fruit du hasard, puisque l’espace intérieur était mentionné noir sur blanc comme étant l’un des points fondamentaux de son cahier des charges. Résultat : la banquette accueille chaleureusement trois adultes, chacun d’eux ayant droit à un appui-tête, une ceinture à trois points et surtout un espace aux jambes suffisant. Si l’on regrette la dureté de certains plastiques, on apprécie plus la qualité de finition, bonne dans l’ensemble. La présentation intérieure est plutôt gaie, avec notamment un habillage en tissu beige (à l’exception de la partie supérieure de la planche de bord), ainsi que quelques petits détails bien pensés qui rappellent l’intérieur de la Citroën C3. C’est le cas du cendrier amovible et prenant place dans le porte-gobelet situé à proximité du levier de vitesses, ou encore des aérateurs ronds qui permettent de diffuser l’air dans toutes les directions. Nous avons d’ailleurs vérifié l’efficacité de la climatisation, disponible sur notre version d’essai. Un plus salvateur par les temps qui courent et que l’importateur marocain facture en option à 9.000 DH.
Pour le reste, on appréciera quelques aspects pratiques tels que les miroirs de courtoisie au dos des pare-soleil, l’autoradio K7 (d’origine) disposé en trois niveaux, ou encore l’ouverture électrique du coffre via un bouton à gauche du volant. Outre un volant gainé de cuir, réglable en hauteur et renfermant l’unique airbag disponible, le conducteur a droit à une bonne position de conduite, grâce notamment à une assise du siège qui devient ferme à mesure qu’on le remonte.
Et de fermeté, il est aussi question pour les suspensions qui filtrent assez les imperfections de la chaussée, peut être même un peut trop, jusqu’à entraîner parfois de désagréables mouvement de pompage de la carrosserie.
Sur la route, les 75 ch du petit 1250 cm3 essence s’avèrent suffisants pour emmener énergiquement la Fiesta, bien qu’il faille parfois rétrograder pour avoir plus de répondant lors des reprises. En termes de performances, le constructeur annonce une vitesse maxi d’environ 160 km/h, pour une consommation moyenne aux alentours des 6 l/100 km. Par ses distances, le freinage n’appelle pas à la critique, bien qu’il soit dépourvu d’ABS. Enfin, rien à dire sur la précision de la direction assistée, ni sur le comportement du véhicule lors des passages en courbes, où le roulis reste maîtrisé, malgré une hauteur de caisse de 1,43 m.

Le verdict :
Avec la Fiesta sonne le réveil de Ford dans la catégorie des citadines. Plutôt concluant, notre essai nous a permis de découvrir une voiture petite par ses dimensions extérieures, mais grande par ses capacités, qu’il s’agisse de son volume habitable ou de son aisance à évoluer sur les parcours extra-urbains. Assez polyvalente sur le plan dynamique, la Fiesta est aussi une bonne affaire à l’achat, constituant un bon rapport qualité/prix/équipement.
S’agissant de ce dernier, la version 1.2 l Ambiente s’affiche à 131.000 DH TTC, soit moins chère que sa concurrente directe, la Volkswagen Polo, qui, à motorisation équivalente (le trois cylindres 1.2 l de 65 ch) ne fait pas mieux (140.000 DH). Il est donc normal, que la Fiesta soit actuellement la citadine qui monte et qui monte…

La technique :
4 cylindres en lignes. 1250 cm3. Injection électronique multipoint, 8 soupapes par cylindres. 75 ch/106 Nm. Boîte mécanique à 5 rapports. Consommation moyenne 6.2 l /100 km. Vitesse maxi 158 km/h. Jantes en acier et pneus de 14 ».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *