Ford Fiesta : Branchée de jour comme de nuit

Ford Fiesta : Branchée de jour comme de nuit

Design. Voilà un mot que les gens de Ford Europe semblent répéter jusqu’à satiété, depuis quelques années maintenant. Un mot remarquablement conjugué à la tendance actuelle qu’est le «Kinetic Design» et donnant lieu à plusieurs belles pièces –si ce n’est toute la gamme actuelle de Ford–, dont la nouvelle génération de la Fiesta. C’est donc dans la veine du «Kinetic Design» que la face avant arbore une grande calandre inférieure en trapèze et met en relief la grande ovale Ford. Idem pour le capot nervuré sur les côtés, la ceinture de caisse fortement inclinée ou encore, les passages de roues généreux. Un dynamisme pas que visuel, mais bien architectural comme en témoigne la ligne de toit, plongeante vers l’arrière et se fondant dans un petit becquet. Un traitement du plus bel effet parachevé par les feux à géométrie complexe et leur aspect en nid d’abeilles.
C’est clair : cette Ford, à l’originalité exacerbée, ne ressemble à aucune autre. Certes, les designers se sont appuyé sur l’engouement généré par les dernières Ford, comme la Mondeo et la Focus, pour dessiner la nouvelle Fiesta.
Objectif : séduire tout le monde et partout dans le monde. Pour cela, le constructeur américain a effectué des études approfondies en Asie, en Europe et en Amérique du Nord pour comprendre les goûts et les attentes des clients partout dans le monde, avant de mettre en œuvre un projet automobile unique. En d’autres termes, si cette voiture est séduisante aux yeux des Européens, elle devrait l’être autant au regard des Américains et des Africains.
A son tour, la clientèle marocaine devrait succomber aux charmes de cette grande citadine.
Grande, la Fiesta l’est dans ses mensurations extérieures (3,95 m de long sur 1,97 m de large, pour 1,48 m de haut), comme dans ses volumes intérieurs. En effet et outre un coffre d’une capacité de 295 litres (extensible jusqu’à 979 litres en configuration 2 places), la Fiesta accueille mieux les trois passagers de sa banquette. Cela, malgré sa poupe trapue et sa silhouette plus effilée. Mais le plus surprenant dans l’habitacle reste indéniablement le traitement de la planche de bord. En fait, l’intérieur de la Fiesta a été conçu à l’aide d’une technologie virtuelle. C’est d’ailleurs dans ce sillage avant-gardiste qu’a été pensée la console centrale. Présentée comme un pupitre, elle s’agrémente de touches qui ne sont pas sans rappeler le clavier d’un téléphone portable. Ajoutons à cela, des sièges avant plus enveloppants, un levier de vitesses implanté plus haut (20 mm de plus que la précédente Fiesta) et des commandes inclinées vers le conducteur et l’on obtient un bel exemple d’ergonomie.
Question équipement, Scama (l’importateur marocain de Ford) a opté pour trois finitions dont une, intermédiaire, pouvant recevoir la climatisation automatique en option. Sans faire l’impasse sur la sécurité (double airbag et ABS), la dotation de base («Ambiente»), se veut un ticket d’entrée correct, offrant notamment l’autoradio CD-MP3 (avec commandes au volant), l’extinction des phares différée (système «Follow me home»), le verrouillage centralisé à distance ou encore, les 4 vitres et rétros électriques. Un cran mieux garnie, la version «Trend» ajoute principalement l’ordinateur de bord, la console centrale avec afficheur Matrix et une installation Bluetooth avec commande vocale. Mais malheureusement pas la climatisation, laquelle impose de débourser un supplément de 10.000 DH. Pas très compétitif comme approche. En revanche, la Fiesta Titanium peut largement revendiquer le statut de citadine la mieux équipée au Maroc ! Jugez-en : phares antibrouillard, jantes en alu de 16 pouces, placages extérieurs de chrome, régulateur de vitesse, connexion USB pour iPod, éclairage d’ambiance intérieur, airbag latéraux et même airbag de genoux côté conducteur! De quoi combler les plus technophiles…
Même techniquement, la nouvelle Fiesta n’est pas en reste. Reposant sur le même châssis que sa cousine japonaise (la Mazda2), elle a également gagné une bonne centaine de kilos sur la balance. Il ne faut donc pas s’étonner d’apprendre qu’elle se contente en moyenne de 5,5 l/100 km dans sa version 1.25 litre essence (déclinée en deux puissances : 60 ou 82 chevaux) et 4,2 l/100 km, en motorisation diesel 1.4 TDCi de 68 ch. Tels sont les moteurs qui animeront la gamme marocaine de la Fiesta.
Une nouvelle citadine avec laquelle l’importateur de Ford est bien parti pour booster ses ventes. Cela d’autant plus qu’une autre nouveauté intègrera son catalogue dans les semaines qui viennent : le Kuga.  En attendant, retenez que la nouvelle Fiesta démarre à partir de 132.000 DH (TTC) dans sa version de base (1.25 essence Trend) et qu’elle plafonne à 180.000 DH en motorisation diesel «fully-loaded» comme disent les Américains. La première a de quoi faire la joie des loueurs et des flottes d’entreprises, tandis que la seconde sera assurément l’outil idéal pour se rendre aux soirées les plus branchées. N’est-ce pas Mesdemoiselles ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *