Ford Fiesta : des “Paupières relevées”

Ford Fiesta : des “Paupières relevées”

Au Maroc, la Ford Fiesta n’est pas (encore) leader du marché des citadines. D’accord, mais elle n’y joue pas non plus un rôle de simple figurante, puisqu’il s’en est vendu près de 650 unités en 2005. En revanche, beaucoup de gens l’ignorent probablement, mais c’est pourtant vrai : la Fiesta est la deuxième citadine la plus vendue en Europe. Rien que cela ! Du coup, il est important d’entretenir un tel best-seller, dont l’actuelle génération a été lancée en 2002 et qui plus est, opère dans un segment de véhicules des plus concurrentiels sur le Vieux Continent. Ford a donc relifté sa citadine, mais sans pour autant l’avoir métamorphosée ou défigurée. On ne change pas une formule qui gagne…
Les évolutions de carrosserie sont donc très légères et concernent notamment les phares et les feux arrière. A l’avant, un petit bossage caractérise ainsi le haut des blocs optiques, dont les éléments intérieurs sont désormais séparés. Autres éléments contribuant dans une certaine mesure à la «nouvelle» bouille de la Fiesta, le bouclier redessiné et intégrant une large prise d’air, ainsi que la calandre repensée. A noter que cette dernière reçoit sur la version Ghia (la plus embourgeoisée), un jonc chromé qui la souligne. D’ailleurs, cette finition est tellement chic (comme on le verra plus loin) qu’elle va jusqu’à offrir le rabattement électrique des rétroviseurs extérieurs, en plus des boucliers couleurs carrosserie, disponibles dès le niveau d’équipement intermédiaire (finition Trend). La partie arrière enregistre comme principale modification des feux qui intègrent deux cercles ovoïdes à plastique translucide… pour un éclairage plus efficace en marche arrière. Enfin, de nouvelles teintes plus chatoyantes complètent le portrait de cette Fiesta, cru 2006.
Mais c’est l’habitacle qui a le plus fait la Fiesta à l’occasion de ce restylage. En effet, la présentation intérieure gagne beaucoup en qualité perçue. D’abord parce que la console centrale et la planche de bord ont été totalement repensées, recevant de nouvelles commandes et quelques petits creux de rangement. Il y a ensuite, et surtout, les matériaux employés pour les différents revêtement. Des plastiques moussés de grande qualité avec lesquel la Fiesta corrige l’un des principaux reproches qui lui étaient jusque-là adressés.
Là encore, le constat est bien plus flagrant lorsqu’il s’agit de la finition Ghia. Une livrée attractive par l’habillage bi-tons (beige et bleu) de la planche de bord, les quelques inserts de chrome (autour des aérateurs et du pied du levier de vitesses, sur le volant et les poignées de portes) et l’afficheur digital de la climatisation à régulation automatique.
Et en parlant d’équipements, on retiendra qu’à l’exception d’un lecteur CD d’origine (assorti d’un connecteur MP3), la dotation de base n’a pas trop changé incluant toujours, et entre autres, le double airbag, le volant réglable, la banquette rabattable, ainsi que le verrouillage centralisé et commandé à distance. Il est intéressant de constater qu’une finition intermédiaire est disponible ajoutant notamment la climatisation, un ordinateur de bord, un freinage ABS et des jantes alu de 15 pouces.
Quant à la nouvelle configuration «Ghia», elle met le paquet ! Climatisation à réglage électronique, détecteur de pluie, allumage automatique des phares et sellerie en velours… la Fiesta a presque tout d’une grande. On n’en dira pas autant du coffre, dont les 285 litres de volume s’inscrivent dans la moyenne supérieure du segment. Idem pour la palette des motorisations qui ne compte que des petits blocs. Il s’agit des deux moteurs essence 1.2 litre et 1.4 litre, qui développent respectivement 75 et 80 chevaux, ainsi que du Diesel 1.4 litre TDCi .de 68 ch. Des quatre-cylindres qui animaient déjà la version précédente et qui brillent surtout par leur sobriété. C’est surtout le cas du TDCi qui revendique en moyenne 4,4 l/100 km. Autre précision, celle relative au 1.4 l essence, qui est exclusivement accouplé à une boîte automatique (ASM) et associé au niveau de finition  intermédiaire (Trend). Au final, toutes ces évolutions devraient permettre à la Fiesta de rester dans la course dans sa catégorie. Restent les prix. Ils démarrent à 132.900 DH pour la Fiesta d’entrée de gamme (1.2 l essence, finition «Confort») et plafonnent à 181.900 DH pour la version la plus huppée (1.4 l TDCi, «Ghia»), en passant par des tarifs intermédiaires, histoire de répondre tous les budgets.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *