Ford Grants : Le Maroc premier dans la catégorie «Ingénierie de conservation»

Ford Grants : Le Maroc premier dans la catégorie «Ingénierie de conservation»

Son projet a obtenu une subvention de 15.000 dollars

Ford Motor Company vient de rendre publics les noms des récipiendaires des subventions de 2017 attribuées, dans le cadre du programme Ford Grants, aux meilleurs projets dans le domaine de la conservation et de l’environnement.

Ainsi, une enveloppe de 100.000 dollars a été répartie sur une dizaine de projets déployés en Algérie, au Bahreïn, en Egypte, en Irak, en Jordanie, au Koweït, au

Liban, au Maroc, à Oman, en Arabie Saoudite, en Tunisie et au Yémen. Ces projets se rapportent à trois domaines principaux : l’éducation environnementale, la protection de l’environnement naturel et la conservation.

Dans la catégorie «Ingénierie de conservation», le Maroc a raflé la première place avec le projet «Go Energyless» qui a réussi à obtenir une subvention de 15.000 dollars. Grâce à la création d’un système de réfrigération fabriqué à faible coût à base d’argile et d’autres matériaux naturels, «Go Energyless» promet que des aliments et des médicaments pourront être conservés au frais pendant plus de deux semaines. Un tel dispositif s’avère extrêmement pratique dès lors qu’il s’agit de le déployer dans les endroits les plus reculés du Royaume et qui ne sont généralement pas électrifiés.

Le Maroc a également remporté une deuxième place bien méritée dans la même catégorie. Pas moins de 10.000 dollars de subvention ont été remis à un projet de protection des voies navigables, dirigé par l’association «Ouaourint». Ce projet s’attaque aux différentes sources de pollution présentes au niveau des petites villes construites tout au long des cours d’eau. En employant des techniques d’exploitation rationnelles, spécifiquement pour l’agriculture, et en protégeant les cours d’eau des différentes sources de pollution, l’association «Ouaourint» espère que la faune et la flore des rivières et de leurs affluents pourront prospérer à nouveau. Dans la catégorie éducation environnementale, la Jordanie a occupé les trois premières places du podium. La première place est revenue à «Nature Ranger», un programme d’éducation environnementale au profit de plusieurs étudiants du pays, développé par la Société royale pour la conservation de la nature (RSCN). Ce projet a bénéficié d’une subvention de 15.000 dollars accordée par Ford Motor Company. La RSCN prévoit de poursuivre le développement de ce projet qui s’articule autour de cinq cycles d’apprentissage destinés à préparer des étudiants à devenir des «gardiens spécialisés de la nature».

Arrivé à la seconde place, un autre projet, destiné également à la jeunesse jordanienne, a reçu une subvention de 10.000 dollars. Il a été conçu par une association rurale qui a pour but de responsabiliser les jeunes face aux problèmes liés à l’environnement. La Green Generation Foundation a occupé la troisième place du podium dans la catégorie «Education environnementale». Elle s’est vue accorder une aide financière de 7.000 dollars pour son programme de formation communautaire autour du changement climatique. Ce projet vise à renforcer la sensibilisation autour de la problématique du changement climatique à travers tout le Royaume de Jordanie.

Au niveau de la catégorie environnement naturel, «Notre Grand Bleu» a accaparé la première place. Il s’agit d’un projet tunisien consistant à préserver des espèces menacées de tortues, qu’il s’agisse des caouannes, des tortues vertes ou des tortues luths, contre différents dangers présents dans les eaux tunisiennes, à l’instar des filets, des chaluts ou des palangres. «Notre Grand Bleu» a reçu une subvention de 15.000 dollars. L’association initiatrice de ce projet envisage d’utiliser cet argent dans la mise en place de mécanismes spécifiques destinés à réduire les prises accidentelles de tortues de mer. A la seconde place de la catégorie et bénéficiant d’une subvention de 10.000 dollars, se positionne un projet déployé à Oman par l’association «Biosphere Expeditions», intitulé «Reef Check Oman Organisation» a déjà permis de former quelque 14 Omanais aux différentes techniques de contrôle des récifs.

A la troisième place du podium, on retrouve un groupe de jeunes bénévoles koweïtiens dénommé «Kuwait Dive Team». Ce groupe s’est vu attribuer la somme de 7.000 dollars pour ses efforts acharnés dans l’élimination des déchets abandonnés dans l’environnement marin. Depuis sa première opération en 1993, l’équipe a réussi à extraire plus de 15.480 tonnes de déchets sur les côtes et dans les eaux du Koweït.

Pour la seconde fois consécutive dans le cadre du programme Ford Grants, deux gagnants supplémentaires se sont vus attribuer des subventions de l’ordre de 5.500 dollars chacune. Ainsi, pour attention qu’il port à l’égard de l’éducation et de la formation, mais aussi pour son plaidoyer en faveur de l’environnement, la Royal Society of Jordan s’est vue décerner le prix du «Best in Community Engagement».

Quant au prix «Best in Research» pour l’année 2017, il est revenu à l’Université américaine de Beyrouth (AUB) pour son projet «Science citoyenne pour une meilleure gestion intégrée des déchets solides». Selon l’université, la crise actuelle dans le secteur de la gestion des déchets au Liban a exercé une pression sans précédent sur les municipalités, mais également sur les organisations communautaires.

Au cours de ses 17 années d’existence, le programme Ford Grants est devenu l’une des plus importantes initiatives du genre dans la région. Un tel programme a été conçu afin d’autonomiser les personnes et les groupes qui consacrent leur temps et leurs efforts à préserver le bien-être des communautés. Selon le constructeur, le programme Ford Grants a permis de soutenir quelque 200 projets au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, pour un budget total de 1,71 million de dollars.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *