Ford Ka : «Kalibrée» pour la ville

Ford Ka : «Kalibrée» pour la ville

Jusqu’ici dominé par des modèles asiatiques, le marché marocain des micro-citadines voit de plus en plus l’arrivée de nouvelles starlettes européennes. C’est le cas de la petite Ka qui entend, au-delà d’élargir vers le bas la gamme proposée par Scama (l’importateur marocain de Ford), capitaliser sur le succès phénoménal de sa grande sœur, la Fiesta. Et justement, par rapport à cette dernière, la Ka arbore un air de famille indéniable et en particulier pour ce qui est des yeux (projecteurs aiguisés) et de la bouche (calandre trapézoïdale). Le dessin de la poupe est plus personnel, avec un hayon spécifique et des blocs de feux en harmonie avec ceux de l’avant. La Ka, c’est aussi une gamme variée de teintes, dont certaines très flashy, comme ce fameux rose fuchsia, tandis que d’autres plus conformistes, ne sont pas moins à la mode, à l’image du blanc qui habillait notre voiture d’essai. Bref, une bouille sympathique qui fait vite oublier que nous sommes en présence d’une voiture de 3,62 m de long. Un gabarit modeste, mais suffisant pour la clientèle ciblée. Ainsi, le coffre compte un volume de 224 litres, voire 747 l, si l’on rabat les dossiers de la banquette. De même, les places arrière conviennent amplement à des enfants en bas âge. Bien évidemment, l’habitabilité qu’offre cette banquette n’est pas le premier atout de la Ka. C’est à l’avant que tout se joue…
Alors que la plupart des citadines se contentent d’une planche de bord basique ou classique, la Ka fait preuve d’originalité avec des inserts de la même couleur extérieure du véhicule, en l’occurrence ici du blanc ivoire, sur les branches du volant comme sur la console centrale. Une présentation intérieure gaie et branchée, tandis que de petites attentions participent au bien-être du conducteur, comme le levier de vitesses idéalement placé en hauteur, l’éclairage de parking «Follow me home» ou encore, ce gadget indispensable lorsque c’est une femme qui est au volant : le miroir de courtoisie. Et à propos d’équipement, celui de cette version Titanium semble assez complet, incluant notamment la climatisation, l’autoradio CD-MP3 (avec 6 HP et prise AUX), l’ordinateur de bord… en plus de quatre airbags et du freinage ABS. Ce dernier nous amène droit au volet dynamique, registre où la Ka est loin d’être dépourvue d’atouts. Légère, compacte et dotée d’un faible rayon de braquage, la petite Ford est apte à se faufiler en ville, se jouer de ses méandres et stationner dans ses ruelles encombrées. Plutôt bien servie par le quatre cylindres 1,2 litre essence de 69 chevaux, elle s’avère facile et même plaisante à conduire… mais toujours en milieu urbain. Car même en «cravachant» sa modeste cavalerie, cette petiote peinerait dans les dépassements si elle devait s’aventurer sur autoroute. Un manque de polyvalence qu’elle rattrape largement par ses économies à la pompe, ne consommant en moyenne que 5,1 litres aux 100 (km) de sans plomb.
Au chapitre des critiques, seule l’absence de commandes audio au volant et l’accessibilité perfectible aux places arrière (c’est une 3 portes), nous paraissent difficiles à passer sous silence. Mais de tels détails restent loin d’être agaçants, surtout lorsqu’on voit le tarif doux auquel la Ka s’affiche, soit 115.000 DH. C’est ce qu’on appelle un prix «Kanon» !

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *