Ford Mondeo 2011 : la même en mieux

Ford Mondeo 2011 : la même en mieux

On prend la même, on l’améliore ici et là, puis on recommence ! Telle a été la stratégie de Ford Europe pour redorer son fer de lance, la Mondeo. Normal : on ne change pas une recette qui gagne. Car avec plus de 500.000 unités vendues dans le monde en trois ans de carrière, l’actuelle génération de la Mondeo a dignement représenté la marque à l’Ovale Bleue parmi les familiales, l’un des segments les plus concurrentiels en Europe. Et bien qu’il soit difficile de faire évoluer un modèle à succès, la Mondeo ressort de sa mise à jour avec un plus beau regard, un intérieur sophistiqué, un meilleur rendement mécanique, voire des technologies d’avant-garde.

Jamais laide grâce aux LED
Tout en conservant son profil général et ses dimensions extérieures, la plus grande des berlines de Ford Europe voit ses atours évoluer subtilement, mais suffisamment pour être remarqués. Bien que les blocs de phares soient restés inchangés, il n’en demeure pas moins que les modifications les plus patentes se concentrent à l’avant. Exit la grille de calandre en coupe-frites et place à un traitement plus épuré, marqué par une fine baguette de chrome frappée du logo de la marque. Certes, il est toujours question d’une calandre à deux niveaux, mais la partie inférieure a été élargie et remodelée pour devenir trapézoïdale. Cela fait que tout le boulier a été totalement redessiné, comme le montrent aussi les antibrouillard, désormais surmontés d’une bande de diodes blanches en guise de feux de jour. À lui seul, ce détail apporte une bonne dose de charisme à la Mondeo et la rapproche de ses concurrentes allemandes, mais opérant dans le haut de gamme. De profil, on remarque que l’entourage des vitres devient totalement chromé, tandis qu’à l’arrière, les principaux changements concernent le bas du bouclier, désormais affublé d’une bande en plastique noir, faisant office de (faux) diffuseur, ainsi que des feux qui adoptent, eux-aussi, des diodes (ou LED).

Un intérieur revisité
Et de LED, il est également question à bord du véhicule ! L’utilisation de ces diodes a en effet gagné l’habitacle et plus précisément au niveau du plafonnier avant et des lampes de lecture à l’arrière. Mais encore ? La planche de bord évolue peu comme l’avoue le constructeur, indiquant que «les stylistes se sont concentrés sur la console centrale plus intégrée et à l’élaboration d’une nouvelle ambiance intérieure». Concernant cette dernière, il est notamment question d’une sellerie cuir inédite et perforée, de couleur cognac ou beige. Des sièges du plus bel effet, qui plus est, rehaussent la qualité perçue au même titre d’ailleurs que la qualité de finition de l’ensemble, ainsi que quelques aspects comme le nouveau module de la console centrale. Comme sur des voitures haut de gamme, l’écran (de 7 pouces) est désormais tactile et permet de gérer une flopée de fonctions (autoradio-CD, navigation, climatisation régulée bizone, téléphone portable…). Voilà pourquoi, on peut parler d’une nouvelle conception de l’intérieur.

La vraie mise à jour…
En fait, c’est dans ses entrailles que la Mondeo a sensiblement évolué. L’un des ingénieurs en charge de ce modèle a parlé d’une «mise à jour significative» (si l’on traduit de l’anglais «significant update»), lors de la conférence tenue en marge des esssais-presse qui se sont déroulés la semaine dernière en Allemagne. L’allusion est surtout faite aux nouvelles technologies faisant partie du programme «Ford ECOnetic». Parmi elles, citons le système de charge par récupération de l’énergie cinétique (une première sur un modèle Ford), ainsi qu’un volet de calandre actif qui régule par une commande électronique la circulation de l’air dans le radiateur et le compartiment moteur, tout en réduisant la traînée aérodynamique. À ce titre, on rappellera que la Mondeo avance toujours l’un des meilleurs coefficients aérodynamiques de sa catégorie, soit un Cx de 0,29. À tout cela s’ajoute le mode «Ford Eco», soit un module d’aide à l’éco-conduite (indicateur de passage des vitesses et notation/mesure du carburant économisé). La Mondeo est ainsi devenue intuitive et interactive…

Une caméra devant, une autre derrière
C’est aussi le même constat que l’on peut faire au niveau de la conduite. Et pour cause, de nouveaux équipements inscrivent désormais cette Ford au registre des familiales les plus sophistiquées du moment. Outre l’écran tactile, la nouvelle Mondeo intègre une caméra à l’arrière qui affiche l’image et la trajectoire en cas de manœuvres de stationnement. Puis une autre caméra, placée cette fois à l’avant (haut du pare-brise), offre deux nouvelles fonctions au conducteur de la Mondeo. D’une part, l’alerte de franchissement involontaire de ligne, à travers des vibrations sur le volant, puis d’autre part, le détecteur de vigilance du conducteur. Après une analyse statistique des informations de maintien dans la voie (provenant de la caméra avant), ainsi que du comportement en lacet du véhicule, ce système peut déterminer si le conducteur est fatigué. Dès lors, il le lui indique par une alerte sonore et l’invite à une pause par un message au niveau de l’instrumentation. Rien que cela… Autre système veillant au grain, un dispositif de surveillance des angles morts alerte le conducteur de la présence d’un véhicule sur les côtés de part et d’autre du véhicule, en illuminant sur les rétros extérieurs un petit spot orange. Bien épaulé par ces nouvelles aides électroniques, le conducteur de la Mondeo peut alors profiter de toute la quintessence de ses motorisations.

Des moteurs affûtés
Sous le capot, la gamme de moteurs s’étoffe de l’arrivée de deux nouveaux blocs : en essence, le 2.0 litres EcoBoost (injection directe avec suralimentation et double calage variable de la distribution) de 240 chevaux et en diesel, le 2.2 TDCi de 200 ch. Ce dernier, brille par son couple élevé, soit 420 Nm avec 30 Nm supplémentaires, disponibles grâce à la fonction «Overboost» (augmentation de couple temporaire). C’est aussi un diesel peu gourmand, revendiquant 6,0 l/100 km en cycle combiné (donnée constructeur) et surtout bien insonorisé. Un silence de fonctionnement que nous avons pu vérifier lors d’une première prise en main sur les routes bavaroises.
L’occasion d’apprécier l’agrément de conduite des boîtes de vitesses (manuelle ou automatique ou à 6 rapports), le comportement sain du châssis, ainsi que le bon tarage des suspensions, lequel peut être défini par le conducteur grâce à trois modes (Confort, Normal et Sport), via des commandes nichées en bas de la console centrale. Du reste, le moteur 2.0 TDCi qui constitue le cœur de gamme de ce modèle évolue et est désormais décliné en trois configurations de puissance : 115 ch, 140 ch et 163 ch. Dans sa version intermédiaire (140 ch), ce moteur continuera à assurer l’essentiel des ventes de la Mondeo au Maroc, selon l’un des responsables de Scama (l’importateur de Ford).

Disponible dès 2011
Tout cela a de quoi enthousiasmer plus d’un acheteur potentiel… Pas si vite ! Cette Mondeo ne sera pas disponible au Maroc avant 2011, tandis que le modèle sortant n’a pas encore tiré sa révérence, puisqu’il sera vendu pour quelques mois encore. Ce sont donc de bonnes affaires à se faire qui se présentent pour les clients intéressés et en quête d’une familiale toujours dans le coup, mais actuellement à prix doux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *