Formule 1 : BMW rachète l’écurie Sauber

Formule 1 : BMW rachète l’écurie Sauber

Collaborant depuis cinq ans avec l’écurie Williams, BMW n’est jamais parvenu à conquérir le titre de champion du monde en Formule 1. Et les résultats enregistrés durant la saison actuelle ne sont toujours pas à la hauteur des ambitions de la marque à l’hélice. C’est ce qui a poussé cette dernière à aller chercher ailleurs, et plus précisément du côté de l’écurie Sauber-Petronas. Mais cette fois, pas question de conclure une alliance ou se limiter à fournir les motorisations : BMW prend le contrôle de toute l’écurie et entend y déployer toute son énergie et sa technologie. Une prise de contrôle qui sera effective dès le premier janvier 2006, mais qui se fera de façon progressive. Pour rappel, l’écurie Sauber-Petronas était jusqu’ici contrôlée à hauteur de 60% par la banque Crédit Suisse Group et pour le reste par Peter Sauber. Si l’on sait que le Crédit Suisse cédera peu à peu la majorité de ses actions à BMW et que Peter Sauber devrait conserver une part de 20 %, on ignore en revanche combien cette opération financière a coûté au constructeur munichois. Commentant cette transaction, Peter Sauber, 62 ans, a déclaré : «l’association avec BMW est une solution idéale». Puis d’ajouter,  non sans émotions, «Elle nous assure de très bonnes perspectives. J’ai consacré plus de 35 ans de ma vie à diriger cette équipe, par vents et marées, c’est pourquoi il est si important que je sache qu’elle sera dans de très bonnes mains à l’avenir».
Le fondateur de l’écurie suisse va donc léguer un certain héritage, mais assurera la continuité de l’usine d’Hinwill et ses 300 employés. Et justement, pour atteindre ses objectifs, BMW augmentera ce nombre et l’usine d’Hinwil, toujours suisse sur le plan juridique, continuera à exister en tant que société suisse indépendante, mais affiliée à BMW Motorsport.
Du côté de BMW, on annonce que l’acquisition de Sauber n’aura pour l’instant aucun impact sur la collaboration avec Williams. C’est ce qu’a annoncé Mario Theissen, responsable de la section sports motorisés chez BMW.
Véritable objet de convoitise auprès des constructeurs automobiles, le titre de champion du monde en F1 est aussi et surtout un vecteur d’image considérable. Car, si les constructeurs n’hésitent pas à investir dans ce sport mécanique des centaines de millions par an, c’est parce qu’ils savent que de bons résultats ont inévitablement un impact positif sur les plans marketing et commercial. C’est pourquoi, BMW, qui vise le titre, a tenu à s’attaquer à la prochaine saison de F1 avec son propre Team.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *