Formule 1 : les principaux changements du règlement

Formule 1 : les principaux changements du règlement

En modifiant à chaque fois le règlement de la F1, la FIA veut surtout ralentir la spirale de la progression de la vitesse et l’envolée des coûts pour les (petites) écuries. C’est donc un nouveau règlement qui a été fixé pour la saison 2006 qui a débuté le week-end dernier par le Grand Prix de Bahreïn.
Une course remportée par le champion du monde en titre, Fernando Alonso (Renault), mais surtout, elle a été marquée par le retour en force de Michael Schumacher et de Ferrari. A n’en pas douter, il y a bien une corrélation entre cette dernière donne et les nouvelles règles fixées et imposées par la FIA. Il faut tout d’abord préciser que le règlement de la F1 compte un volet technique et un autre sportif. Dans le cadre de ce dernier, on retiendra notamment que les essais qualificatifs se déroulent désormais en une seule séance officielle pour toutes les écuries. Plus précisément, après les quinze premières minutes, les 6 monoplaces les moins rapides sont arrêtées. Elles occuperont les trois dernières lignes de la grille de départ.
Les autres pilotes continueront à tourner, durant quinze minutes supplémentaires, pour se disputer les places suivantes (de la 11ème à la 16ème). Restera alors les 10 monoplaces les plus rapides qui seront les seules à batailler pour la pole position et ce durant vingt autres minutes. Du coup, les séances de «qualifs» risquent de devenir fort intéressantes. A côté de cela, les modifications d’ordre technique sont encore plus radicales.
Les principales d’entre elles restent le passage du V10 au V8 et le rétablissement du changement de pneus pendant la course. S’agissant des motorisations, il faudrait rappeler que la décision de passer à des V8 de 2.4 litres a été prise depuis la fin de l’année 2004. Et pour cause, il fallait laisser aux motoristes suffisamment de temps pour développer ce type de moteurs.
Petite exception toutefois: l’architecture V10 restera encore autorisée cette saison pour les écuries à petit budget, mais avec limiteur de régime et de puissance. En gros, la chute de puissance par rapport à la norme 2005 est d’environ 20%. En plus d’imposer l’architecture V8 et la cylindrée de 2.4 litres, le règlement fixe d’autres limites aux motoristes, comme la hauteur minimale de la position du centre de gravité, l’alésage maximal, l’emploi de certains matériaux pour des pièces spécifiques… Dernier point crucial, les pneumatiques. Leurs changements sont à nouveau permis durant le ravitaillement en course et ce, à volonté.
On se souvient encore des avaries subies par plusieurs pilotes à cause de leurs pneus usagés comme ce fut particulièrement le cas pour ceux de la Scuderia (Schumi et Montoya). C’est donc un manufacturier comme Bridgestone -et avec lui Ferrari- qui devrait profiter pleinement de ce changement du règlement. Un règlement appelé à évoluer une énième fois en 2007. En effet, pour la prochaine saison, il est question notamment du retour aux pneus «slick», c’est-à-dire lisses et sans rainures, ainsi que de l’adoption d’un nouvel aileron arrière afin de diminuer les turbulences aérodynamiques de la voiture poursuivante. Que de changements qui, selon les responsables de la FIA, devraient «augmenter» encore plus le spectacle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *