Formule 1 : L’étrange surprise nommée Brawn GP

Formule 1 : L’étrange surprise nommée Brawn GP

Mais quel bon vent a soufflé sur Brawn GP cette année? L’écurie rachetée à Honda et donnée, il y a quelques semaines encore, pour la moins favorite du plateau de F1, a pris de court tout le monde. Et pour cause, c’est elle qui s’est imposée durant cette dernière quinzaine.
Grâce à la dextérité du très motivé Jenson Button, l’écurie de Ross Brawn a signé les meilleurs temps durant les qualifications et placé ses monoplaces sur les premières lignes de départ des deux Grands Prix de la saison 2009. S’en suivirent deux victoires pour Jenson Button, dont une (le week-end dernier au GP de Malaisie) suite à l’interruption de la course décidée par la Fédération internationale de l’automobile (FIA), après de très fortes pluies.
Mais il n’y a pas que les bons coups de volant du pilote anglais. Sa monoplace s’est avérée largement au-dessus du lot.
Un bolide propulsé par un moteur Mercedes et doté d’un ensemble châssis-carrosserie développés par les ingénieurs de Honda Racing. Et c’est justement à ce niveau que cette monoplace tient sa supériorité actuelle. En fait, cette voiture a mobilisé toutes les énergies et beaucoup de ressources financières de la part de Honda et ce, durant 16 mois de développement dans quatre souffleries. Car sa supériorité, la monoplace de l’écurie Brawn la tient surtout sur le plan aérodynamique. Plus précisément, c’est à l’arrière qu’elle diffère des autres. En effet, et comme les monoplaces des écuries Toyota et Williams, celles de l’écurie Brawn ont démarré la saison avec des diffuseurs d’air spécifiques. Visibles à l’arrière des monoplaces, ces extracteurs servent à faire circuler l’air et donner plus d’appuis aux monoplaces. Or, le nouveau règlement imposé par la FIA et la FOTA implique «la suppression de tous les appendices aérodynamiques sur la carrosserie», exception faite d’une seule dérive latérale. Donc, moins d’appuis aérodynamique, afin –dit-on– d’offrir plus de spectacle dans les Grands Prix. A n’en pas douter, la présence desdits diffuseurs n’a pas été sans soulever l’indignation des autres écuries. Du coup et dès les premiers essais de la saison, Brawn GP, Toyota et Williams se sont retrouvés au centre d’une polémique sur la légalité de ces diffuseurs, lesquels ont d’ailleurs fait l’objet d’une réclamation de Renault, Ferrari et BMW Sauber auprès de la FIA. Rien que cela ! Une réclamation rejetée par la FIA, qui les avait déclarés «conformes» durant l’intersaison. Il ne reste donc aux autres écuries qu’à en faire autant. C’est ce que cherche à faire Ferrari qui, semblerait-il, étudie actuellement la construction d’un nouveau diffuseur arrière. Une modification coûteuse (environ 20 millions d’euros), puisqu’elle implique d’importants réaménagements de toute la monoplace, voire pratiquement sa totale refonte. 
Bref, les autres écuries ont du pain sur la planche et indéniablement beaucoup de travail à effectuer en soufflerie.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *