Formule 1 : Rosberg met un terme à sa carrière

Formule 1 : Rosberg met un terme à sa carrière

Le drapeau à damier ne signalera plus l’arrivée de Nico Rosberg puisqu’il a décidé, contre toute attente, d’arrêter sa carrière. Le titre de champion du monde en poche, il ne restait à cet Allemand de 31 ans plus aucun rêve à accomplir en F1. Et c’est vendredi dernier qu’il a annoncé son retrait, soit cinq jours seulement après son sacre.

Fils de l’ancien pilote Keke Rosberg, lui aussi sacré en 1982, Nico Rosberg est le premier champion du monde à s’arrêter juste après son titre depuis le Français Alain Prost en 1993.

«Je suis au sommet de la montagne, l’ascension a été très dure, donc je sens que c’est le bon moment», a expliqué Rosberg dans un message posté sur les réseaux sociaux à la stupéfaction générale, parallèlement à une annonce faite à Vienne avant le gala de remise des prix de la Fédération internationale de l’automobile (FIA).

«C’est la première fois qu’il gagne en 18 ans, c’est pourquoi ça n’était pas une surprise qu’il décide d’arrêter», a glissé malicieusement vendredi Lewis Hamilton, vainqueur du Grand Prix d’Abou Dhabi devant Rosberg, dont la rivalité aura animé ces trois dernières saisons.

Dans un entretien au magazine allemand Der Spiegel, accordé avant que sa décision ne soit rendue publique, Rosberg a jugé le monde de la F1 «un peu fêlé» : «Beaucoup d’égos se heurtent les uns aux autres (…) C’est comme ça dans tous les milieux. Mais en Formule 1 c’est extrême, parce que c’est un petit monde avec beaucoup d’argent».

De quoi sans doute le décourager de consentir à nouveau aux sacrifices personnels qu’il dit avoir faits cette année.

«Pendant 25 ans, c’était mon seul et unique rêve, devenir champion du monde (…) Les déceptions des deux précédentes saisons m’ont donné des niveaux de motivation que je n’avais jamais ressentis auparavant. Et cela a eu un impact sur tous ceux que j’aime», a expliqué Rosberg sur Facebook.

La décision de Rosberg a été saluée dans un communiqué par le patron de l’écurie Mercedes, Toto Wolff. «C’est une décision courageuse, qui témoigne de sa force de caractère», a estimé le patron de l’écurie triple championne du monde, qui dit avoir été prévenu lundi soir.

L’Allemand a disputé 206 Grands Prix de F1 depuis ses débuts à Bahreïn en 2006, dans une Williams. Il en a remporté 23, dont neuf cette saison. Il a aussi signé 30 pole positions (dont huit en 2016).

Mercedes va désormais devoir lui trouver un remplaçant. Le jeune Allemand Pascal Wehrlein (22 ans), issu de la filière de la marque à l’étoile et qui vient de terminer sa première saison de F1 chez Manor, semble être en pole position.

La saison à venir sera décidément celle d’un changement de génération en F1 puisque deux autres pilotes trentenaires ont déjà annoncé leur retraite : l’Anglais Jenson Button (McLaren), 36 ans, champion du monde en 2009, et le Brésilien Felipe Massa (Williams), 35 ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *