Formule Electrique – 1er ePrix de Marrakech: Buemi, encore et toujours

Formule Electrique – 1er ePrix de Marrakech: Buemi, encore et toujours

L’objectif de la FIA à travers l’organisation de cette compétition est d’encourager les automobilistes à l’usage des voitures électriques et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Sans surprise, la 2e étape du championnat des voitures électriques (formule E) de la Fédération internationale automobile (FIA) disputée samedi sur le circuit Moulay El Hassan en marge de la COP22 de Marrakech a été remportée par le champion en titre Sebastien Buemi.

Le Suisse, parti de la 7ème place sur la grille en raison d’une pénalité de cinq places (pour extincteur trop léger en qualifications) a fait une course parfaite pour remporter sa deuxième victoire d’affilée en Formule E, après la manche d’ouverture de Hong Kong le mois dernier.

Le Britannique Sam Bird (DS Virgin) et le Suédois Felix Rosenqvist (Mahindra), débutant en Formule E mais parti à la surprise générale en pole position devant tous les caïds de la catégorie, complètent le podium. Rosenqvist a pris un bon départ et menait en début de course, mais il utilisait un peu plus d’énergie que la plupart de ses rivaux, d’abord emmenés par Bird, puis par Jean-Eric Vergne (Techeetah) équipé d’un moteur Renault, comme Buemi.

Le Suédois et le Français se sont arrêtés au même moment pour changer de monoplace, à la fin du 16e tour, puis ont repris leur course en tête, suivis à bonne distance par Buemi, revenu de la 7e à la 3e place provisoire, malgré un petit passage hors-piste après avoir dépassé Bird. Vergne a cependant abandonné sa 2e place en subissant une pénalité pour excès de vitesse dans les stands et Buemi n’avait alors plus qu’à doubler Rosenqvist. C’est ce qu’il a réussi à faire au freinage du virage 11 du tracé marocain, à six tours du drapeau à damier. Dans la foulée, Bird a aussi passé Rosenqvist mais le Suédois, dans sa Mahindra «made in India», a su stopper l’hémorragie en résistant à Nicolas Prost (Renault e.dams). L’Argentin José Maria Lopez (DS Virgin), triple champion du monde en voitures de tourisme (WTCC) mais débutant en Formule E, a eu moins de réussite que Rosenqvist et obtient seulement le point de la 10e place.

En queue de peloton, les Jaguar d’Adam Carroll (14e) et Mitch Evans (17e) continuent leur difficile apprentissage mais s’en tirent tout de même avec plein d’enseignements pour le futur.

Par ailleurs, le pilote marocain de formule 4, Micheal Benyahya, a enchanté le public présent par une course d’exhibition après les épreuves qualificatives. Dans une déclaration à la MAP, le président de la Fédération royale marocaine des sports automobiles (FRMSA), Youssef Zahidi, a exprimé, au nom de la fédération, sa fierté d’accueillir cette étape du championnat de Formule E pour la première fois en Afrique en marge de la COP22 qui se poursuit jusqu’au 18 novembre.

L’objectif de la FIA à travers l’organisation de cette compétition qui en est à sa deuxième édition, poursuit le patron de la FRMSA, est d’encourager les automobilistes à l’usage des voitures électriques et contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique. A l’issue de cette compétition, le Trophée a été remis au vainqueur par le président de la COP22, Salaheddine Mezouar, en présence notamment du Prince Albert II de Monaco, du président de la FIA, le Français John Todh, et de la présidente de la COP21, Ségolène Royale.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *