General Motors promet davantage de véhicules électriques

General Motors promet davantage  de véhicules électriques

Déjà présent dans le segment des voitures vertes avec ses Chevrolet Volt et Bolt, le géant américain de Detroit veut accélérer sa cadence en promettant de lancer deux nouveaux véhicules électriques au cours de la prochaine année. «Ils seront les premiers d’au moins 20 nouveaux véhicules électriques que nous allons lancer d’ici 2023», déclare le constructeur.

Le constructeur américain General Motors vient d’annoncer qu’il ajoutera pas moins de 20 nouveaux véhicules électriques à sa gamme d’ici 2023.

Cette nouvelle annonce traduit la course à la montre à laquelle se livrent les grands constructeurs automobiles pour se conformer aux exigences des autorités à travers le globe qui demandent des voitures propres et moins de motorisation diesel et essence.

«General Motors croit à un avenir tout électrique», affirme Mark Reuss, le responsable du développement des produits chez GM. «Quoique cet avenir ne surviendra pas du jour au lendemain, GM s’engage à conduire à une augmentation de l’usage et de l’acceptation des véhicules électriques à travers des solutions qui répondent aux besoins des clients», complète-t-il.

Déjà présent dans le segment des voitures vertes avec ses Chevrolet Volt et Bolt, le géant américain de Detroit veut accélérer sa cadence en promettant de lancer deux nouveaux véhicules électriques au cours de la prochaine année. «Ils seront les premiers d’au moins 20 nouveaux véhicules électriques que nous allons lancer d’ici 2023», déclare le constructeur. Depuis quelques années, la plupart des constructeurs automobiles s’orientent en effet vers les technologies électriques, encouragés par le fait que, de la Chine à l’Europe, les autorités brandissent leurs ambitions écologiques et les normes environnementales se durcissent.

D’ailleurs, les autorités en France et au Royaume-Uni ont fait part de leur intention d’interdire la vente des voitures diesel ou essence sur leur marché d’ici à 2040. La Norvège a même annoncé qu’elle voulait voir cesser dès 2025 les ventes de nouvelles voitures équipées seulement d’un moteur à combustion, soit 15 ans plus tôt, les Pays-Bas ont affiché des ambitions comparables, tandis que la Chine a décidé l’an dernier que 12% des voitures vendues sur son territoire seraient électriques ou hybrides d’ici 2020. Cependant, le marché des voitures propres (électriques ou hybrides) reste minoritaire pour l’instant en Europe occidentale, où plus de 95% des nouveaux véhicules enregistrés en 2016 roulaient soit au diesel (49,5%), soit à l’essence (45,8%), selon l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *