GIPAM : L’après-vente automobile en débat

GIPAM : L’après-vente automobile en débat

Les effets de l’informel limitent son développement

La commercialisation des pièces de rechange est fortement affectée par la contrefaçon qui biaise le consommateur et par la ferraille où le risque d’acquérir des pièces non conformes aux normes de sécurité est très élevé.

Pour sa toute première activité, le Groupement interprofessionnel de l’automobile au Maroc (GIPAM) a choisi d’organiser une table ronde pour discuter du secteur de l’après-vente automobile.

Si le parc automobile au Maroc se rajeunit de plus en plus, le service après-vente, quant à lui, ne suit pas cette évolution. En effet, l’aftermarket subit encore les effets de l’informel qui limite son développement. Ainsi, les pratiques illicites (contrefaçon, contrebande…) nuisent énormèment à ce secteur important estimé à plus de 15 milliards de dirhams de chiffre d’affaires et générant plus de 300.000 emplois directs selon les professionnels.

L’après-vente automobile, bien qu’elle soit un secteur prometteur et créateur d’emplois, oscille encore entre le formel et l’informel, la commercialisation des pièces de rechange est fortement affectée par la contrefaçon qui biaise le consommateur et par la ferraille où le risque d’acquérir des pièces non conformes aux normes de sécurité est très élevé.

Selon Mohamed Housny, président du GIPAM, pour pallier ces entraves, il faut procéder main dans la main avec l’Etat à une régularisation du domaine, qui prendra certainement du temps mais dont les résultats seront sûrs. C’est dans ce sens que le GIPAM a été créé, rassemblant tous les acteurs du secteur, ce nouveau groupement vise à leur donner une voix afin qu’ils puissent protéger leurs intérêts. Lors de cette table ronde, les intervenants ont également évoqué l’exemple de la France, qui a pu remédier aux problèmes qui ont, pendant de longues années, freiné le développement de l’activité, avec l’instauration de mesures douanières rigoureuses, d’un contrôle sévère et surtout un accord entre les autorités et les représentants des professionnels du domaine.

Créé il y a six mois, le Groupement interprofessionnel de l’automobile commence déjà à agir pour améliorer les conditions des importateurs, distributeurs, équipementiers et tous les exerçants dans le secteur de l’après-vente.

Les dirigeants du GIPAM estiment qu’ils ont encore de grands chantiers à mener. D’ailleurs il a été annoncé lors de cet événement que le Groupement se prépare pour organiser un salon de la pièce de rechange qui aura lieu vers juin 2018.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *