High-tech : Ford veut parer à l’infarctus au volant

High-tech : Ford veut parer à l’infarctus au volant

Ford n’en a pas fini de nous surprendre avec ses coups d’éclat technologiques. Après sa trappe à carburant anti-erreur, ses habitacles anti-allergène et ses assistances à la conduite, dont le très en vogue système de stationnement automatique, c’est dans un registre scientifique encore jamais exploré par un constructeur automobile que la marque à l’Ovale bleue s’est penchée. En effet, les chercheurs de Ford développent actuellement un siège qui mesure l’activité cardiaque du conducteur !
Plus précisément, ce sont des ingénieurs du centre de recherche européen de Ford situé à Aix-la-Chapelle, en Allemagne, qui se sont associés avec l’université locale (la Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule) pour travailler dans ce projet, lequel a abouti sous la forme d’un prototype de siège capable de mesurer l’activité cardiaque du conducteur. Objectif : réduire les risques de problèmes cardiaques au volant, ce qui profiterait aussi bien au conducteur qu’aux autres usagers de la route. Car, il faut savoir que les conducteurs souffrant d’une maladie cardiovasculaire présentent en moyenne un risque d’accident supérieur de 23 %, voire 52 % pour ceux atteints d’angine de poitrine, une maladie cardiaque résultant d’un manque d’apport d’oxygène. C’est ce que rapportent les conclusions d’une étude menée dans le cadre d’un programme de trois ans mis en œuvre au sein de l’Union européenne. Outre ces travaux, les prévisions des chercheurs estiment que les personnes de 65 ans et plus représenteront 23% de la population européenne d’ici 2025 et 30 % d’ici 2050. Du coup, il apparaît probable que le nombre de conducteurs risquant d’être victimes d’une crise cardiaque augmentera considérablement dans les années à venir. D’où l’utilité du siège mis au point par Ford et qui n’est pour l’instant qu’au stade de prototype. Concrètement, ce siège fonctionne selon le même principe que l’ECG (électrocardiogramme). Une technologie communément utilisée par les médecins du monde entier et conçue pour surveiller les impulsions électriques du cœur et détecter des signes d’irrégularité. Mais alors qu’un traditionnel appareil d’ECG (de cabinet médical) est équipé d’électrodes métalliques devant être fixées sur la peau du patient à différents endroits de son corps, le siège ECG développé par Ford dispose de six capteurs intégrés, capables de détecter l’activité cardiaque du conducteur au travers de ses vêtements. «Même s’il ne s’agit encore que d’un projet de recherche, cette technologie pourrait s’avérer une innovation majeure», affirme le Dr. Achim Lindner, médecin au centre de recherche Ford. Puis d’expliquer : «ce système sera en mesure de déceler tout problème cardiovasculaire du conducteur, tel qu’une crise cardiaque… mais peut aussi être utilisé pour détecter les symptômes d’autres affections tels qu’une pression artérielle élevée ou des déséquilibres électrolytiques». Enfin et parallèlement à ses principales fonctions, ce siège ECG pourrait être relié pour interagir avec d’autres dispositifs comme le limiteur de vitesse, l’alerte de franchissement involontaire de ligne avec dispositif de maintien dans la file, le système de détection des collisions avec freinage automatisé… Les Ford de demain sauveront encore plus de vies.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *