Honda Accord : D’accord sur toutes les clauses

Honda Accord : D’accord  sur toutes les clauses

Entre la Volkswagen Passat qui se démocratise, la Peugeot 407 qui domine et les différentes autres berlines de même trempe qui viennent d’être lancées (Renault Laguna III, Ford Mondeo, Citroën C5, Mazda 6…), le marché marocain des berlines familiales est plus que jamais animé. Et c’est dans ce contexte, à la fois concurrentiel et en plein renouvellement, que débarque la huitième génération de l’Accord, aperçue le mois dernier lors du Salon Auto-Expo. L’importateur marocain de Honda a en effet lancé ce modèle en avant-première régionale et même préalablement à certains grands marchés européens comme la France.  Pourtant, l’Accord commercialisée au Maroc est bien celle destinée au Vieux Continent, plutôt que la version américaine qui, il fut un temps, l’avait été également.
Normal, le style de l’Accord européenne est bien plus conforme aux goûts de la clientèle marocaine. Certes, le design de cette huitième génération joue indéniablement la carte de la continuité. Si bien, qu’il ne faut pas un œil expert pour reconnaître à plusieurs mètres qu’il s’agit bien d’une Honda Accord. Un peu plus travaillée, la face avant évolue subtilement avec un bouclier remodelé, une calandre plus proéminente et des phares redessinés. Dans le même esprit que ces derniers, les blocs de feux arrière ont été réajustés afin de donner à l’Accord un air de renouveau. De profil, l’auto a conservé les nervures qui courent le long de ses portes, mais elle a été rabaissée et dotée de passages de roues plus musclés. Bref, cette nouvelle Accord a évolué tout en douceur et bien différemment de la rupture stylistique qui avait été opérée pour sa petite sœur, la Civic.
Question dimensions, la nouvelle Accord gagne 55 mm en longueur (4,72 m) et 80 mm en largeur (1,84 m), tandis qu’elle perd 10 mm en hauteur (1,44 m). Son coffre cube toujours un volume de 459 litres, mais son empattement atteint 2,70 m (+ 30 mm) et promet ainsi une meilleure habitabilité, notamment pour ce qui est de l’espace aux genoux sur les places arrière. Revisité, l’intérieur est voulu autrement plus ergonomique, convivial et embourgeoisé que par le passé. La planche de bord a entièrement été repensée : du volant jusqu’à la console centrale, en passant par le nouveau combiné d’instrumentation dont l’aspect rétro-éclairé est du plus bel effet. Mais encore, l’Accord gagne en qualité perçue, comme en atteste clairement l’habillage façon aluminium anodisé qui  souligne ladite planche jusqu’au bas de la console centrale.
En outre, certains équipements font qu’elle s’est à la fois ennoblie et modernisée d’un cran. C’est le cas du démarrage par clé intelligente (avec fonction mémoire pour les différents réglages comme ceux des sièges), des sièges chauffants ou encore, de l’indicateur «shift-up». Ce dernier, est en fait un témoin lumineux placé au centre du compte-tours et indiquant au conducteur le moment opportun pour changer de rapport en fonction du régime moteur. Selon Honda, ce dispositif permettrait au conducteur d’abaisser sa consommation d’environ 5%. Cela, d’autant plus que toutes les boîtes de vitesses manuelles de l’Accord comptent un sixième rapport. Cela nous amène à parler des moteurs de la nouvelle Accord. Une gamme toujours constituée (au Maroc) de trois blocs, deux essence et un diesel. Et si la puissance du ticket d’entrée, le 2.0 litres i-VTEC, est restée inchangée à 156 chevaux, le 2.4 l i-VTEC (essence aussi) et le 2.2 l i-DTEC, eux, développent désormais respectivement 200 et 150 ch. Techniquement toujours, on précisera que la familiale d’Honda a gagné en rigidité torsionnelle, amélioré ses suspensions et renforcé sa sécurité aussi bien active (ABS avec aide au freinage FBA ; contrôle électronique de trajectoire VSA ; antipatinage TCS), que passive (huit airbags ; aciers 42% plus résistants ; repose-tête flexibles et anti-coup de lapin). Les plus exigeants insisteront pour avoir en option des gadgets encore rares dans ce segment tels que le LKAS (Lane Keeping Assist System) qui alerte le conducteur d’un franchissement involontaire de ligne, ou encore le régulateur de vitesse adaptatif intégrant un radar de distance avec le véhicule qui le précède.
Tout cela a de quoi séduire la clientèle ciblée, en l’occurrence les jeunes managers branchés. Ceux qui signent des accords et qui, pour se mettre derrière le volant de l’Accord, devront s’acquitter d’au moins 315.000 DH. A moins que cette nouvelle Honda ne leur soit concédée en guise de véhicule de fonction. Une façon de rappeler que l’Accord peut être un outil de (motivation de) managers.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *