Hyundai Accent : Changement de statut

Hyundai Accent : Changement de statut

Jadis poney, aujourd’hui cheval de bataille de Hyundai, l’Accent en est déjà à sa septième génération. En effet, c’est en 1976 –soit 9 ans après la création de la marque– qu’avait été lancée la petite Pony, que l’histoire retient comme étant la première automobile de la «Hyundai Motor Company». Trente-cinq ans plus tard, ce modèle poursuit sa carrière mondiale sous les noms d’Accent ou Verna, selon les marchés, en répartissant sa production totale entre quatre grandes usines (Corée, Chine, Russie et Inde). Ce sont donc ces cinq sites (mais curieusement pas celui implanté en Turquie) qui se chargeront d’atteindre un volume de livraisons mondiales de l’ordre de 500.000 Accent par an. De quoi largement amortir les 80 millions de dollars qui ont été engloutis dans son développement, lequel a duré 5 années. C’est ce qui a été annoncé lors d’une conférence de presse tenue en marge des premiers essais de cette nouveauté. Une berline qui, comme on l’a annoncé d’emblée, change de statut. Et pour cause, la nouvelle Accent a grandi et ce, plus intelligemment que concrètement. Car sur la fiche technique, on peut lire que la longueur du véhicule a progressé de 90 mm, dont 70 mm ont été alloués à l’empattement qui atteint 2,57 mètres, pour une longueur totale de 4,37m. Du coup, l’Accent n’a plus sa place parmi les citadines tricorps (ou «sedan»), mais plutôt du côté des compactes. Puis surtout, c’en est fini avec la platitude du design ou du moins, cette ligne «passe-partout» du modèle sortant, qui ne l’empêchait pourtant pas de bien se vendre et d’avoir la cote, aussi bien du côté du neuf, que sur le marché de l’occasion. Place à un style extérieur fort, expressif et pleinement en phase avec les dernières productions de Hyundai. L’allusion est faite en particulier pour cette bouche hexagonale apparue sur le crossover ix35 et remarquablement reprise par la i10. Outre de grands projecteurs effilés, l’Accent 2011 se distingue par quelques effets de style, dont cette belle nervure qui court le long des flancs et se prolonge jusqu’à la poupe. Le reste des atours gagne en raffinement, comme cette lamelle de chrome qui habille la malle ou encore, ces feux de brouillard joliment greffés au bas du bouclier arrière. De profil, la nouvelle Accent montre une architecture équilibrée, avec notamment un pavillon arqué qui marque son appartenance à ces nouvelles berlines crayonnées et profilées comme des coupés à 4 portes. Et justement, cette ligne de coupé n’altère en rien l’habitabilité, y compris la hauteur sous pavillon. Nous en avons fait la surprenante expérience lors de ces essais dynamiques, alors que le plus étonnant à bord de cette banquette reste l’espace dévolu aux jambes des passagers (arrière). Même les grands gabarits prendront leurs aises…
Explication : les ingénieurs de Hyundai ont préféré privilégier l’habitabilité arrière, plutôt que le coffre, lequel a pourtant été préservé, puisqu’il cube un volume de 370 litres, extensible à 1.390l banquette rabattue. Un coffre qui peut –selon Hyundai– avaler jusqu’à quatre sacs de golf. Rien ne nous dit en revanche que l’Accent ne sera pas appréciée par les golfeurs, même si du côté des responsables de la marque, on parle d’une réelle montée en gamme. Un constat qui se vérifie au volant du véhicule. D’abord par un traitement intérieur moderne, comme en atteste le dessin en V de la planche de bord, ainsi que les éléments de la console centrale au rétro-éclairage bleuté du plus bel effet. Ensuite, par la foison d’équipements que cette Hyundai peut embarquer et parmi lesquels on retiendra notamment un système d’accès sans-clé avec un démarrage par bouton-poussoir, une climatisation automatique, un autoradio CD-MP3 avec connecteur USB-AUX pour baladeurs et iPod, ainsi qu’une interface Bluetooth pour téléphones ou appareils audio. Jamais en retard d’une tendance, le premier constructeur coréen va jusqu’à proposer, en option sur l’Accent, une caméra de recul retransmettant ses images sur la partie gauche du rétroviseur intérieur. Un gadget high-tech qui ne manque pas d’utilité et qui reste un équipement encore rare à ce niveau de gamme. Mécaniquement, et en attendant l’arrivée d’un Diesel (en l’occurrence le 1.6 CRDi de 128 ch), d’ici quelques mois, seuls des moteurs essence sont pour le moment disponibles. Il s’agit du 1.6 l de 124 chevaux et du 1.4 l de 108 ch, tous deux pouvant associer à une boîte manuelle à 5 rapports ou automatique à 4 vitesses. Et c’est ce dernier qui animait notre modèle d’essai et qui nous a permis de découvrir les qualités routières du véhicule et ce, à travers un aller-retour entre les villes de Dubaï et Al Fujairah. L’occasion de constater une tenue de route saine, des suspensions bien tarées, une direction précise et un freinage suffisant servi par un ABS de dernière génération. Là encore, l’évolution par rapport au modèle sortant est bien palpable…
Enfin, déjà commercialisée en Corée et dans quelques pays asiatiques, la nouvelle Accent devrait débarquer sur notre marché vers la fin du deuxième trimestre 2011. Si l’importateur marocain de Hyundai parvient à la positionner à un tarif pas trop onéreux par rapport à sa devancière, cette compacte serait alors suffisamment compétitive pour s’imposer dans sa catégorie. Car, la nouvelle Accent a bien mis toutes les chances de son côté. Celles-là même qui nous laissent positiver pour le compte de Global Engines, en disant : en juin ça sera bien !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *