Hyundai Veracruz : Un chasseur de têtes

Hyundai Veracruz : Un chasseur de têtes

Bien qu’il ne représente qu’environ 1% du marché automobile marocain, le segment du 4×4 de luxe reste très porteur et non sans intérêt. L’intéressante valeur ajoutée de ce type de véhicules est double. Non seulement, ils (les 4×4 de luxe) dégagent d’intéressantes marges pour les importateurs, mais ils sont aussi et surtout un joli vecteur d’image de marque.
A partir de ce constat, l’importateur marocain de Hyundai a jugé opportun de lancer le Veracruz, son tout-terrain le plus chic. Cela d’autant plus que ce modèle avait été présenté en avant-première au Maroc en juin 2007, lors du salon Auto-Loisirs et durant lequel il avait enregistré un bel accueil de la part de la clientèle marocaine. Moins d’un an plus tard, l’intérêt pour ce modèle s’est avéré encore plus significatif, comme l’ont constaté les responsables de Global Engines sur leur stand durant l’Auto-Expo. C’est ainsi qu’a été décidé le lancement officiel au Maroc du Veracruz qui, à l’image de plusieurs 4×4 du même genre, est un modèle initialement conçu pour le marché nord-américain.
Et pour séduire Outre-Atlantique, le gros 4×4 de Hyundai ne s’est aventuré ni dans un design extérieur exotique, ni dans un gabarit XXL façon Hummer. Cela, même s’il s’étend tout de même sur 4,84 m de longueur (dont 2,80 m vont à l’empattement) et culmine à 1,75 m. En revanche, pour plaire aux Américains (et à tout le monde en fait), le Veracruz arbore une ligne élancée, des surfaces fluides et quelques effets de style à l’image de cette nervure latérale en mouvement de vague, qui n’est pas sans évoquer l’Elantra. On remarquera aussi que, contrairement à ses deux petits frères (Santa Fe et Tucson), ce 4×4 coréen adopte une calandre sertie de chrome. Un matériau qui a toujours été très en vogue sur le marché US.
A l’intérieur, la présentation est tout aussi valorisante et montre clairement dans quelle court joue le Veracruz. En effet, cuir surpiqué, boiseries et placages anodisés habillent les différents panneaux de l’habitacle. Ce dernier, doté d’une troisième rangée de sièges modulables et d’un kyrielle d’espace de rangements et d’aspects pratiques, peut transporter 7 personnes dans un confort digne d’une grande berline. La planche de bord se veut très contemporaine autant par son dessin que par ses fonctions équipements. A ce titre, on précisera qu’une seule finition est proposée pour le Veracruz importé et qu’elle ne manque absolument de rien. Jugez-en : sellerie cuir, volant et sièges (chauffants) à réglages électriques (avec mémoire), régulateur de vitesses, climatisation automatique à deux zones (avec diffuseurs réglables manuellement à l’arrière), toit ouvrant, phares au xénon, radar de recul, coffre à fermeture électrique, système de démarrage sans clé, suspension à lois d’amortissement variables, radio CD MP3 avec chargeur 6 CD et 8 HP, accoudoir central réfrigéré… et la liste reste encore longue même après avoir mentionné tout ce qui concerne l’aspect sécuritaire tels que les airbags (frontaux, latéraux et rideaux), l’ESP, le freinage ABS avec répétiteur EBD, ou encore l’alarme périmétrique. Bref, tout y est.
Techniquement, on retiendra que ce petit paquebot de 2,6 tonnes repose sur des jantes en alu de 18 pouces, qu’il s’élève du sol de 20,6 cm et recourt à une transmission intégrale non-permanente (4×4 enclenchable) qui interagit via un différentiel central. De quoi pourvoir s’aventurer en dehors des sentiers battus, mais sans pouvoir rivaliser avec les authentiques tout-terrain qui sillonnent le désert. Le Veracruz est plutôt un aventurier urbain, grand, luxueux et à vocation routière. Cela d’autant plus qu’il est animé par le 3.0 litres V6 CRDi de 240 chevaux (pour 450 Nm de couple), accouplé à une boîte automatique à 6 rapports avec mode séquentiel. Un Diesel de dernière génération et que le Veracruz peut avancer comme argument de taille face à ses trois principaux concurrents, tous nippons et strictement à essence, puisqu’il s’agit du Nissan Murano, du Mazda CX-9 et du Subaru Tribeca. C’est ce qui explique que le Veracruz est affiché à 545.000 DH, soit un prix légèrement supérieur à celui de ses rivaux précités. Rien de méchant, puisqu’il a déjà séduit près d’une vingtaine d’acheteurs en moins tout juste deux semaines. C’est ce qu’on appelle des débuts très prometteurs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *